Allez au contenu, Allez à la navigation

Réglementation de la conduite des autocars

12 ème législature

Question écrite n° 17817 de M. Gérard Bailly (Jura - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 26/05/2005 - page 1467

M. Gérard Bailly appelle l'attention de M. le ministre de l'équipement, des transports, de l'aménagement du territoire, du tourisme et de la mer sur la réglementation relative à la conduite des autocars. Il aimerait en connaître les règles précises. En effet, le recrutement de chauffeurs, en particulier pour les transports scolaires, devient de plus en plus difficile du fait que ces emplois ne sont qu'à temps partiel et que, dans les départements ruraux, il est difficile de trouver des chauffeurs de proximité. De plus, un projet de fixer la limite d'âge des conducteurs à soixante-cinq ans serait en préparation, ce qui compliquerait encore un peu plus le recrutement. Il attend donc de connaître les intentions du Gouvernement à ce sujet en souhaitant qu'il soit tenu compte des contraintes spécifiques au monde rural.

Transmise au Ministère des transports, de l'équipement, du tourisme et de la mer



Réponse du Ministère des transports, de l'équipement, du tourisme et de la mer

publiée dans le JO Sénat du 06/04/2006 - page 1029

Les transports de voyageurs sont soumis à une réglementation européenne et nationale. Le règlement (CEE) n° 3820/85 du Conseil du 20 décembre 1985 relatif à l'harmonisation de certaines dispositions en matière sociale dans le domaine des transports par route limite la durée des périodes de conduite et impose des périodes de repos, afin de garantir la sécurité routière et les conditions de travail des conducteurs. Ce règlement ne s'applique pas aux véhicules affectés aux transports de voyageurs par des services réguliers dont le parcours de la ligne ne dépasse pas 50 kilomètres. Cependant, le décret n° 86-1130 du 17 octobre 1986 pris pour son application assujettit à l'installation et à l'utilisation de l'appareil de contrôle mentionné par le règlement (CEE) n° 3821/85 du Conseil du 20 décembre 1985 concernant l'appareil de contrôle dans le domaine des transports par route, les véhicules de plus de neuf places, y compris le siège du conducteur, affectés à des services réguliers publics routiers créés pour assurer, à titre principal, à l'intention des élèves, la desserte des établissements d'enseignement. Le décret n° 2003-1242 du 22 décembre 2003 relatif à la durée du travail dans les entreprises de transport routier de personnes fixe, par ailleurs, les dispositions applicables à l'ensemble de ces entreprises et s'applique ainsi aux transports scolaires. Enfin, un accord collectif du 24 septembre 2004 a défini les conditions d'emploi des conducteurs en périodes scolaires, en garantissant notamment à ces salariés une durée minimale de travail de cinq cent cinquante heures par an pour cent quatre-vingts jours de travail et une requalification du contrat de travail en conducteur à temps plein dès lors que leur temps de travail effectif atteint 90 % de la durée du travail à temps complet. Enfin, suite à un récent accident mortel impliquant un autocar, le ministre chargé des transports a confié à M. Bonduelle, inspecteur général de l'équipement, une mission sur le renforcement de la sécurité des transports routiers non urbains de voyageurs par autocars. Le rapport auquel a donné lieu cette mission a présenté vingt-une propositions d'amélioration concernant la réglementation, la formation des conducteurs, la sensibilisation des acteurs, le contrôle et les sanctions. L'imposition d'une limite d'âge à soixante-cinq ans pour la validité du permis D est l'une de ses propositions qui sont actuellement à l'étude dans les services du ministère. En revanche, une autre proposition concernant la périodicité des visites médicales pour les conducteurs titulaires de la catégorie D du permis de conduire a donné lieu au décret n° 2006-46 du 13 janvier 2006 portant modification du code de la route. Désormais, à partir de l'âge de soixante ans, les conducteurs titulaires de ce permis doivent passer une visite médicale selon une périodicité maximale d'un an.