Allez au contenu, Allez à la navigation

Restructuration des agences clientèles EDF à Paris

12 ème législature

Question écrite n° 17823 de M. Roger Madec (Paris - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 26/05/2005 - page 1468

M. Roger Madec souhaite attirer l'attention de M. le ministre délégué à l'industrie sur le projet de restructuration des agences clientèles à Paris, décidé par la direction d'EDF. Il serait prévu, d'ici au début 2006, de fermer les onze agences clientèle EDF encore présentes à Paris. Seuls quatre points d'accueil seraient maintenus dans la capitale : ceux de Place-des-Fêtes, Montmartre, la Villette, la Butte-aux-Cailles et Saint-Germain-des-Prés. Cela apparaît d'autant plus préoccupant que, depuis 1991, neuf agences parisiennes ont déjà disparu. Ce projet de remodelage, qui aurait été décidé par la direction d'EDF sans concertation avec les organisations syndicales, les usagers ou les élus locaux, serait bien évidemment accompagné par une suppression massive d'effectifs et par des regroupements d'effectifs pour les postes maintenus. Ce projet n'aurait d'autre conséquence que de remettre en cause la capacité à répondre efficacement aux besoins et aux attentes des usagers parisiens de l'électricité en termes de qualité et de réelle proximité du service public. Il considère que le réseau des agences clientèles EDF devrait d'abord correspondre aux besoins de la population parisienne et non aux impératifs de restructuration nécessaires à une plus grande rentabilité financière des services. Il lui demande donc de prendre les mesures nécessaires pour s'assurer que la population parisienne, aujourd'hui de plus de 2 millions d'habitants, ne soit pas seulement desservie par quatre agences clientèle.



Réponse du Ministère délégué à l'industrie

publiée dans le JO Sénat du 25/08/2005 - page 2196

Les activités des distributeurs d'électricité et de gaz à Paris étaient précédemment organisées selon une logique de territoire. L'ouverture des marchés de l'énergie impose dorénavant une séparation des activités techniques (activités de distributeur) et des activités de gestion de la clientèle (activités de fournisseur). Elle conduit la direction d'EDF - Gaz de France distribution Paris à revoir son organisation pour se conformer à cette obligation tout en améliorant la qualité du service rendu aux Parisiens. Dans le domaine de la gestion de la clientèle, cette évolution consiste notamment à regrouper les activités d'accueil téléphonique, de traitement du courrier et de gestion des comptes clients sur deux sites Montmartre-Villette (boulevard Barbès dans le 18e arrondissement) et Saint-Germain-des-Prés (rue de Rennes dans le 6e arrondissement). Cette réorganisation vise à améliorer les services à la clientèle. Ces évolutions ne remettent pas en cause le dispositif des structures de proximité destinées à accueillir les clients résidentiels parisiens d'EDF et de Gaz de France : les dix sites parisiens resteront ouverts et fonctionneront en tant que points d'accueil. Les accueils de Montmartre - Villette, Saint-Germain-des-Prés - place des Fêtes et la Butte-aux-Cailles seront rénovés et prendront l'appellation de boutiques. EDF s'engage donc à ne fermer aucune agence ou point d'accueil, ce qui signifie que les emplois à Paris seront maintenus. Bien évidemment, et au-delà des services mis en ligne sur internet, des conseillers clientèle restent disponibles par téléphone 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Par ailleurs, une boutique expérimentale Gaz de France ouvrira au mois de septembre, rue de Rivoli. De plus, en partenariat avec la ville de Paris et l'Etat, EDF - Gaz de France distribution Paris cherche à implanter un nouvel espace d'accueil dans le cadre de la convention politique de la ville et renforcera ainsi la qualité du service public de l'énergie pour tous les Parisiens, en particulier les plus démunis. La direction d'EDF - Gaz de France distribution Paris met tout en oeuvre pour renforcer le dialogue avec ses partenaires internes et externes. Dans ce cadre, elle entretient des contacts réguliers avec le secrétariat général de l'hôtel de ville et les mairies d'arrondissement. Si la situation devait évoluer, elle s'engage à agir en concertation avec les élus parisiens et l'Etat, afin de garantir une totale transparence vis-à-vis des administrés parisiens.