Allez au contenu, Allez à la navigation

Création d'une revue scientifique européenne

12e législature

Question écrite n° 17959 de M. Alain Fouché (Vienne - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 09/06/2005 - page 1629

M. Alain Fouché attire l'attention de M. le ministre délégué à l'enseignement supérieur et à la recherche sur l'intérêt de soutenir la création d'une revue scientifique européenne. En effet, les classements internationaux des universités reposent en grande partie sur la publication d'articles dans des revues scientifiques anglo-saxonnes de renommée mondiale telles que Science ou Nature. Or il n'existe pas de publication européenne dont l'impact soit comparable. Il paraît donc primordial de soutenir la création de nouvelles revues européennes de haut niveau tout en développant, parallèlement, celles existantes. Les académies des différents pays de l'Union pourraient ainsi unir leurs notoriétés respectives pour appuyer la création d'une revue européenne dotée d'une autorité scientifique et d'un soutien financier. Par conséquent, il lui demande de bien vouloir lui indiquer s'il envisage d'oeuvrer en ce sens.



Réponse du Ministère délégué à l'enseignement supérieur et à la recherche

publiée dans le JO Sénat du 20/10/2005 - page 2717

La revue Science est publiée par l'American Association for the Advancement of Science en collaboration avec les presses de l'université de Stanford, Nature est un hebdomadaire du Nature Publishing Group basé à Londres. Il est certain que le facteur d'impact de ces deux revues, respectivement en 2004 de 31,853 et 32,182, est considérable et sans commune mesure avec celui des autres revues. Cependant, il convient de souligner que, depuis trois ans, le facteur d'impact des comptes rendus de l'académie des sciences augmente régulièrement pour atteindre, en 2004, 0,954 pour le volume consacré aux sciences chimiques et 1,073 pour le fascicule consacré à la biologie. Par ailleurs, Les comptes rendus, dans lesquels les scientifiques du monde entier peuvent publier ont ouvert leurs comités de rédaction non seulement à des personnalités européennes mais également internationales. La très grande majorité des articles est publiée en langue anglaise avec résumé en français, respectant ainsi la loi du 4 août 1994, sur l'usage de la langue française. L'ensemble de ces revues est édité par le groupe Elsevier, éditeur néerlandais. La dimension internationale est essentielle à l'identité et à l'expression de l'académie des sciences, mais il est vrai que l'aspect européen n'est pas privilégié. En effet, il n'existe pas de structure regroupant les académies des sciences à l'échelon européen contrairement aux académies des technologies. Il existe toutefois un certain nombre de journaux publiés par des structures européennes, notamment des sociétés savantes. En physique par exemple, la société européenne de physique publie Europhysics Letters dont le facteur d'impact est de 2,120 et European Physical Journal dont le facteur d'impact varie de 1,903 à 3,486 selon les éditions. L'ensemble de ces publications est édité par EDPSciences, un des rares éditeurs scientifiques français. Les chercheurs sont organisés en communautés mondiales par discipline dans lesquelles l'anglais est, pour les sciences pures, la seule langue de communication, à la très notable exception des mathématiques. Les nouvelles revues se positionnent en fonction des nouvelles thématiques. La notoriété d'une revue ne se décrète pas mais s'acquiert au fil du temps, Nature a été créée en 1869. L'initiative de la création d'une nouvelle revue ne peut venir que de la communauté scientifique européenne. Si tel était son souhait, le ministère en charge de la recherche est tout prêt à soutenir une telle initiative.