Allez au contenu, Allez à la navigation

Préoccupations des masseurs-kinésithérapeutes de la Meuse

12e législature

Question écrite n° 18100 de M. Claude Biwer (Meuse - UC)

publiée dans le JO Sénat du 16/06/2005 - page 1668

M. Claude Biwer attire l'attention de M. le ministre de la santé et des solidarités sur les préoccupations exprimées par les masseurs-kinésithérapeutes de la Meuse à l'égard des difficultés qu'ils rencontrent dans l'exercice de leur profession mais également en ce qui concerne la réforme de leur cursus de formation. En effet, l'harmonisation européenne des diplômes nécessiterait que la formation de ces professionnels soit sanctionnée par une licence, ce qui leur permettrait d'exercer leur activité dans les autres pays de l'Union européenne ; par ailleurs, faute d'accession possible à un troisième cycle universitaire, il n'y aurait plus d'enseignants-chercheurs en France et sans études référencées, la culture kinésithérapie française pourrait s'éteindre progressivement. Il le prie de bien vouloir préciser la suite que le Gouvernement envisage de réserver à ces préoccupations particulièrement dignes d'intérêt et les mesures qu'il compte mettre en oeuvre afin d'aboutir à une réforme du cursus de formation des masseurs-kinésithérapeutes qui préserve leurs intérêts et leur ouvre des perspectives européennes.



Réponse du Ministère de la santé et des solidarités

publiée dans le JO Sénat du 18/05/2006 - page 1394

Le ministre de la santé et des solidarités est particulièrement attentif à la formation des masseurs-kinésithérapeutes. Une réunion s'est tenue le 29 septembre 2005 avec les représentants des directeurs d'instituts, des étudiants et des masseurs-kinésithérapeutes en exercice afin d'étudier les modalités d'accès les plus pertinentes aux études paramédicales, et notamment à celles de masso-kinésithérapie. Un bilan des deux modes d'accès actuels a été demandé aux membres du groupe de travail. Parallèlement, une réflexion est engagée, dans le cadre de la mise en place du dispositif licence-master-doctorat (LMD), pour adapter le contenu de l'enseignement dispensé au cours des études aux besoins actuels de l'exercice de la profession de masseur-kinésithérapeute. Ce groupe de travail s'est réuni les 9 décembre 2005 et 21 février 2006. Le cahier des charges pédagogiques sera établi en concertation avec les professionnels, le but étant l'acquisition des compétences indispensables à l'exercice du métier de kinésithérapeute. Les propositions de cursus universitaire émaneront des universités et seront soumises aux instances universitaires compétentes.