Allez au contenu, Allez à la navigation

Situation de la spécialité d'anesthésie-réanimation chirurgicale

12 ème législature

Question écrite n° 18134 de M. Éric Doligé (Loiret - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 16/06/2005 - page 1669

M. Eric Doligé souhaite attirer l'attention de M. le ministre de la santé et des solidarités sur la situation plus que préoccupante de la spécialité d'anesthésie-réanimation chirurgicale, en particulier dans la région Centre, dont la démographie médicale est une des plus basses de France. L'exercice de cette profession est devenu très difficile compte tenu d'obligations réglementaires de plus en plus nombreuses, de plateaux techniques très sophistiqués, de nouvelles tâches découlant d'obligations textuelles et d'une pression médicolégale toujours grandissante. Une des conséquences est que pour 209 médecins ayant obtenu leur qualification en 2003, seulement 7 ont choisi le secteur libéral, qui réalise pourtant près de 80 % des actes de la chirurgie réglée. La réforme de la nomenclature qui vient de sortir après dix ans d'attente ne répond pas aux attentes des professionnels. Aussi demandent-ils l'ouverture de négociations avec les différents acteurs impliqués, portant notamment sur la cotation en C2 de toutes consultations pré-anesthésiques, le libre accès au secteur 2 pour tous les médecins anesthésistes réanimateurs et la revalorisation des honoraires au coût réel de leurs actes. Il souhaite connaître sa position sur ces questions et les mesures qu'il envisage de prendre pour répondre aux attentes de la profession.



La question est caduque