Allez au contenu, Allez à la navigation

Réexamen de la mise à deux fois trois voies de l'A 31

12 ème législature

Question écrite n° 18411 de M. Jean Louis Masson (Moselle - NI)

publiée dans le JO Sénat du 30/06/2005 - page 1755

M. Jean Louis Masson attire l'attention de M. le ministre des transports, de l'équipement, du tourisme et de la mer sur le fait que jusqu'à présent les services de l'Etat ont toujours prétendu que la mise à 2 x 3 voies de l'A 31 entre Nancy et Metz n'apporterait aucune amélioration à la saturation de cette autoroute. Selon eux, la seule solution serait de construire une nouvelle autoroute A 32 à péage. Or l'Etat vient de donner son accord pour qu'à hauteur de Langres, l'autoroute A 31 soit mise à 2 x 3 voies sur un tronçon à péage de 50 km afin d'y rendre la circulation plus fluide. Ainsi, quand une autoroute est concédée, le fait de la faire passer à 2 x 3 voies remédie à sa saturation. Par contre, il n'en irait pas de même quand l'autoroute est gratuite. Vraiment, une telle logique est très curieuse ! Pire, à hauteur de Langres, le trafic n'est que d'environ 35 000 véhicules/jour alors qu'il est de l'ordre de 50 000 véhicules/jour entre Metz et Nancy ainsi qu'entre Thionville et la frontière luxembourgeoise. Une telle différence de traitement est inacceptable. Si on peut mettre l'autoroute A 31 à 2 x 3 voies sur sa section à péage à hauteur de Langres, on doit pouvoir en faire autant dans le sillon lorrain où le trafic est plus important et où les emprises foncières sont déjà réservées. Il souhaiterait donc qu'il lui indique s'il est possible de réexaminer au plus vite le dossier de la mise à 2 x 3 voies de l'A31, d'une part, entre Nancy et Metz et, d'autre part, entre Thionville et la frontière luxembourgeoise.



Réponse du Ministère des transports, de l'équipement, du tourisme et de la mer

publiée dans le JO Sénat du 08/12/2005 - page 3188

Une étude de faisabilité technique de l'élargissement de l'A 31 entre Gye et la frontière luxembourgeoise a été réalisée au premier semestre 2004 et présentée le 15 juillet 2004 au comité de suivi des études d'aménagement des axes autoroutiers en Lorraine. Au terme de cette étude, l'élargissement total de l'A 31 par ajout d'une voie supplémentaire dans chaque sens est apparu comme une solution peu réaliste compte tenu des contraintes techniques sur certaines sections, notamment entre Metz et Thionville, section la plus chargée. Le bénéfice attendu de cet élargissement serait également limité. En effet, si le passage à deux fois trois voies augmente la capacité de l'autoroute, il ne résout pas les difficultés liées à l'absence d'un itinéraire alternatif en cas de crise. De surcroît, la cohabitation de flux hétérogènes se poursuivrait et continuerait à produire ses effets négatifs sur la sécurité des usagers et le niveau de service de l'itinéraire. Les études de l'autoroute A 32 se poursuivent donc sur cette base, en incluant parmi les variantes la mise à deux fois trois voies des sections de l'autoroute A 31 effectivement élargissables, notamment entre Dieulouard et Fey.