Allez au contenu, Allez à la navigation

Surconsommation d'acides gras

12e législature

Question écrite n° 18497 de M. Michel Sergent (Pas-de-Calais - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 30/06/2005 - page 1753

M. Michel Sergent attire l'attention de M. le ministre de la santé et des solidarités sur les effets de la surconsommation d'acides gras. En effet, l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA) a rendu publiques les conclusions d'un rapport sur les risques et bénéfices pour la santé de certains acides gras contenus dans les aliments. Ce rapport recommande notamment de réduire la consommation de produits de panification industrielle (viennoiseries, biscuits etc.). Les matières grasses sont essentiellement composées d'acides gras, parmi lesquels les « acides gras trans », qui ont des effets néfastes sur le corps humain s'ils sont consommés en trop grande quantité. Ainsi, lorsqu'ils dépassent 2 % des apports énergétiques totaux, ces acides augmentent de façon significative les risques de maladies cardiovasculaires. D'où la recommandation de l'AFSSA de réduire de 30 % au moins la consommation de ces produits forts contributeurs d'AG trans et de faible intérêt nutritionnel. Elle vise en particulier les jeunes garçons de 12 à 14 ans, grands consommateurs de cette catégorie de produits, et qui forment la majorité des 5 % de la population française concernés par ce problème. L'AFSSA préconise également de fixer des teneurs maximales en AG trans dans les produits où ces teneurs peuvent être maîtrisées techniquement, c'est-à-dire dans les graisses visibles (huiles de table, margarine) comme dans les aliments contenant des « graisses cachées » (viennoiseries, barres chocolatées, certains plats cuisinés etc.). Compte tenu des conclusions et des recommandations de l'AFSSA, il lui demande de bien vouloir lui préciser ses intentions dans ce domaine.



La question est caduque