Allez au contenu, Allez à la navigation

Etudes de masso-kinésithérapie

12 ème législature

Question écrite n° 18534 de Mme Françoise Férat (Marne - UDI-UC)

publiée dans le JO Sénat du 07/07/2005 - page 1803

Mme Françoise Férat appelle l'attention de M. le ministre de la santé et des solidarités sur les inquiétudes suscitées par le projet de réforme des études supérieures de masso-kinésithérapie. En effet, il semble que la direction générale de la santé s'oriente vers une suppression pure et simple de la possibilité offerte aux étudiants d'accéder en première année de masso-kinésithérapie via la première année du premier cycle des études médicales. Il en résulte que la voie d'accès à cette formation serait celle de l'année préparatoire et des concours privés, auxquels ne pourraient prétendre certains étudiants eu égard à leurs ressources. Par ailleurs, la perspective d'une réduction de la durée de formation tend à accroître les craintes des étudiants, qui, une fois en activité, sont confrontés à un accroissement du champ de compétences de la profession. Elle lui demande donc de bien vouloir lui préciser les mesures qu'il envisage de prendre pour assurer un égal accès aux études de masso-kinésithérapie et leur conférer une véritable reconnaissance universitaire.



Réponse du Ministère de la santé et des solidarités

publiée dans le JO Sénat du 05/01/2006 - page 23

Le ministre de la santé et des solidarités est particulièrement attentif à la formation des masseurs-kinésithérapeutes. Une réunion s'est tenue le 29 septembre 2005 avec les représentants des directeurs d'instituts, des étudiants et des masseurs-kinésithérapeutes en exercice, afin d'étudier les modalités d'accès les plus pertinentes aux études paramédicales, et notamment à celles de masso-kinésithérapie. Un bilan des deux modes d'accès actuels a été demandé aux membres du groupe de travail. Parallèlement, une réflexion va être prochainement engagée dans le cadre de la mise en place du dispositif licence-master-doctorat (LMD), pour adapter le contenu de l'enseignement dispensé au cours des études aux besoins actuels de l'exercice de la profession de masseur-kinésithérapeute.