Allez au contenu, Allez à la navigation

Service public de surveillance des plages

12e législature

Question écrite n° 18613 de Mme Éliane Assassi (Seine-Saint-Denis - CRC)

publiée dans le JO Sénat du 07/07/2005 - page 1801

Mme Eliane Assassi attire l'attention de M. le ministre d'Etat, ministre de l'intérieur et de l'aménagement du territoire sur la diminution du nombre de postes de maîtres nageurs sauveteurs (MNS/NS), fonctionnaires de police des compagnies républicaines de sécurité (CRS). En effet, par le jeu des cloisonnements budgétaires entre le ministère de l'intérieur et la direction centrale des CRS, les budgets des frais de mission dévolus aux MNS/NS sont maintenus à l'identique d'une année sur l'autre ; ce qui oblige la direction centrale des CRS à limiter le nombre de postes dégagés. Cette attitude –outre la baisse de postes dégagés qu'elle engendre- entraîne également un raccourcissement des surveillances des plages qui s'exercent aujourd'hui du 2 juillet au 28 août alors que chacun s'accorde à considérer que la surveillance minimale devrait s'exercer du 15 juin au 15 septembre. Alors que l'on constate que les nouvelles habitudes estivales d'étalement des vacances provoquent une occupation différente des plages et que le nombre de décès par noyade augmente sensiblement singulièrement depuis deux ans, elle lui demande quelles sont les mesures qu'il envisage de prendre afin de renforcer le dispositif de service public de surveillance des plages.



Réponse du Ministère de l'intérieur et de l'aménagement du territoire

publiée dans le JO Sénat du 09/02/2006 - page 366

Depuis de nombreuses années, le ministère de l'intérieur et de l'aménagement du territoire apporte son aide aux municipalités pour la surveillance des plages du littoral français pendant la saison estivale. Celle-ci se traduit, notamment, par la mise à disposition de maîtres nageurs sauveteurs relevant des compagnies républicaines de sécurité (CRS) chargés de la surveillance des baignades mais également de la prévention et de la répression des actes de délinquance commis aux abords des plages. Pour 2005, les effectifs engagés par la direction centrale des CRS ont été légèrement supérieurs à ceux de l'été dernier, soit 632 agents spécialisés contre 630 en 2004. Certains, maîtres nageurs sauveteurs ont d'ailleurs pris leurs fonctions dans de nombreuses communes dès le mois de juin, soit trois semaines avant la période des vacances d'été qui débute généralement en juillet. Les premiers bilans d'activité de sauvetage ont fait apparaître une augmentation sensible des interventions. Le ministre d'Etat, ministre de l'intérieur et de l'aménagement du territoire a donc décidé de prolonger la mission de ces spécialistes jusqu'au 4 septembre, et ce pour l'ensemble des communes qui en bénéficient. Dans certaines d'entre elles, compte tenu de l'affluence touristique ou du caractère dangereux de la plage, les maîtres nageurs sauveteurs ont été maintenus en fonction jusqu'au 11 septembre. En outre, afin de concilier les besoins des municipalités et les contraintes opérationnelles d'emploi des CRS, notamment la participation des unités au plan Vigipirate, ces agents ont été renforcés par le concours de fonctionnaires assurant des patrouilles à VTT, d'unités de police générale et d'agents motocyclistes remplissant une mission de sécurité routière, soit un appoint total de 1 163 policiers. Ce dispositif général traduit la volonté de l'Etat de s'impliquer pleinement aux côtés des municipalités confrontées aux afflux d'estivants.