Allez au contenu, Allez à la navigation

Médaille des évadés

12 ème législature

Question écrite n° 18945 de Mme Gisèle Printz (Moselle - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 28/07/2005 - page 2008

Mme Gisèle Printz appelle l'attention de Mme la ministre de la défense sur la demande des anciens combattants d'Afrique du Nord qui se sont évadés après avoir été fait prisonniers par l'adversaire pendant la guerre d'Algérie et durant les combats du Maroc et de la Tunisie. Ces anciens combattants souhaitent que, à l'instar de ce qui s'est fait à l'issue des autres conflits, leur soit décernée la médaille des évadés. Elle lui demande si les études engagées sur le sujet vont enfin aboutir.



Réponse du Ministère de la défense

publiée dans le JO Sénat du 17/11/2005 - page 2981

La médaille des évadés a été instituée par la loi du 20 août 1926, afin de commémorer les actes ou les tentatives d'évasion accomplis par les prisonniers de guerre au cours de la Première Guerre mondiale ou sur l'un des différents théâtres d'opérations extérieurs. Ces dispositions se sont appliquées par la suite aux évadés au titre de la Seconde Guerre mondiale et de la guerre d'Indochine. Consciente des attentes légitimes des anciens combattants qui, lors de la guerre d'Algérie ou des combats en Tunisie et au Maroc, se sont évadés après avoir été faits prisonniers, la ministre de la défense a fait procéder, en relation avec le ministre délégué aux anciens combattants, à une étude préliminaire afin d'évaluer les possibilités d'attribuer cette décoration aux intéressés. L'instruction de ce dossier se poursuit en liaison avec les associations, avec la volonté de conjuguer le souhait fondé de ces combattants et le strict respect de l'égalité de traitement entre les combattants des deux guerres mondiales et de la guerre d'Indochine.