Allez au contenu, Allez à la navigation

Sauvegarde du cinéma Grand Ecran Italie (Paris 13e)

12e législature

Question écrite n° 18994 de Mme Nicole Borvo Cohen-Seat (Paris - CRC)

publiée dans le JO Sénat du 04/08/2005 - page 2064

Mme Nicole Borvo Cohen-Seat attire l'attention de M. le ministre de la culture et de la communication sur le sort réservé au cinéma Grand Ecran Italie dans le 13e arrondissement de Paris. Le projet de démolition de la société EuroPalaces-Gaumont rencontre la désapprobation des élus et de la population tant du quartier que, plus largement, de Paris et de l'Ile-de-France. En outre, la destruction d'une des salles les plus modernes et les plus prestigieuses de notre pays ne manquerait pas d'entraîner le déclin de tout un secteur favorisé par cette activité culturelle, et d'en supprimer d'autres, notamment dans le domaine de la restauration. Les industries culturelles, dont le cinéma et l'audiovisuel, doivent bénéficier d'une intervention publique utile. C'est pourquoi elle lui demande ce qu'il compte faire pour qu'une concertation entre tous les acteurs - l'Etat, la mairie de Paris et les exploitants - s'engagent en vue de sauvegarder le Grand Ecran et son activité.



Réponse du Ministère de la culture et de la communication

publiée dans le JO Sénat du 29/09/2005 - page 2466

L'honorable parlementaire a bien voulu appeler l'attention du ministre de la culture et de la communication sur la fermeture du cinéma Grand Ecran Italie dans le 13e arrondissement de Paris et lui demande ce qu'il compte faire en ce qui concerne une décision qui suscite la désapprobation de la part tant des élus que de la population. Les grandes salles de cinéma comme le Gaumont Grand Ecran Italie sont confrontées depuis plusieurs années à la concurrence de complexes voisins comme UGC Bercy et MK2 Bibliothèque. La fréquentation de ces grandes salles a donc fortement baissé au point d'imposer la fermeture de certaines, comme le Kinopanorama fermé en 2002. Le Grand Ecran Italie a connu quant à lui une baisse de 50 % de sa fréquentation en 2004. La situation de ces établissements, qui appartiennent à des opérateurs privés importants, ne répondant pas aux critères d'intervention des institutions publiques en matière d'aides au secteur cinématographique, la marge de manoeuvre est très limitée. Si l'on peut déplorer la disparition de salles aussi emblématiques que le Grand Ecran Italie, il faut signaler que le quartier comporte un nombre suffisant d'écrans et que Paris dans son ensemble connaît une augmentation constante du nombre d'écrans, et de nouveaux équipements, qui par leur confort et leur offre de films, attirent les faveurs du public parisien.