Allez au contenu, Allez à la navigation

Maintien du niveau du budget du ministère de la jeunesse, des sports et de la vie associative

12e législature

Question écrite n° 19010 de M. Didier Boulaud (Nièvre - Soc.)

publiée dans le JO Sénat du 04/08/2005 - page 2059

M. Didier Boulaud appelle l'attention de M. le Premier ministre sur les inquiétudes qui pèsent sur le budget du ministère de la jeunesse, des sports et de la vie associative. Une coupe drastique aurait eu lieu à ce jour dans ce budget et il manquerait 10 à 15 millions d'euros de crédits de soutien aux associations de jeunesse et d'éducation populaire. C'est tout le réseau d'action d'éducation populaire qui serait ensuite touché, alors même que son rôle structurant au sein de notre société n'est plus à démontrer. Nombre d'emplois seraient également supprimés dans ce secteur d'activité. En conséquence, il lui demande de bien vouloir garantir le niveau de budget du ministère de la jeunesse, des sports et de la vie associative.

Transmise au Ministère délégué au budget et à la réforme de l'État, porte parole du Gouvernement



Réponse du Ministère délégué au budget et à la réforme de l'État, porte parole du Gouvernement

publiée dans le JO Sénat du 06/10/2005 - page 2541

Les mesures conservatoires de mise en réserve d'une partie des crédits dédiés aux secteurs de la jeunesse et de l'éducation populaire en 2005 s'inscrivent dans le cadre de l'effort collectif rendu nécessaire par l'objectif de maîtrise des dépenses de l'Etat. La politique de soutien aux associations de jeunesse et d'éducation populaire n'en demeure pas moins une priorité du Gouvernement. Aussi, en concertation avec le ministre de la jeunesse, des sports et de la vie associative, une mesure d'allégement de la réserve des crédits destinés à ces secteurs, pour un montant de 7,5 MEUR, a été mise en oeuvre. La mobilisation des crédits ainsi rendus disponibles devrait permettre de répondre de façon prioritaire aux besoins de ces associations sans préjuger des redéploiements internes auxquels le ministre de la jeunesse, des sports et de la vie associative peut procéder au regard des priorités qu'il a fixées.