Allez au contenu, Allez à la navigation

Production des bénéficiaires de la franchise des bouilleurs de cru

12e législature

Question écrite n° 19096 de M. Jean Louis Masson (Moselle - NI)

publiée dans le JO Sénat du 11/08/2005 - page 2107

M. Jean Louis Masson attire l'attention de M. le ministre de l'économie, des finances et de l'industrie sur le fait que certaines personnes bénéficient de la franchise des bouilleurs de cru leur permettant de continuer à distiller une certaine quantité d'eau-de-vie sans payer de taxe. Lorsqu'une personne effectue une distillation dans ces conditions, il souhaiterait qu'il lui indique si elle peut ensuite donner, à titre non onéreux, une partie de sa production à sa famille (enfants, neveux, nièces) ou si la consommation correspondante doit être à caractère strictement personnel.



Réponse du Ministère de l'économie, des finances et de l'industrie

publiée dans le JO Sénat du 15/09/2005 - page 2359

La loi n° 1575-2002 du 30 décembre 2002, qui permet à certains bouilleurs de cru de distiller jusqu'à 10 litres d'alcool pur d'eau-de-vie sans acquitter le droit de consommation prévu par l'article 403 du code général des impôts, prolonge l'existence de l'allocation en franchise jusqu'au 31 décembre 2007. Conformément aux articles 317 et 406 du même code, cette allocation en franchise revêt un caractère strictement personnel, attaché au bouilleur de cru et lié à la consommation familiale du bouilleur de cru. Elle ne peut donc être cédée à aucun titre ni vendue par le bouilleur bénéficiaire mais peut être partagée dans le cadre de sa consommation familiale.