Allez au contenu, Allez à la navigation

Avenir de la médecine générale

12e législature

Question écrite n° 19320 de Mme Élisabeth Lamure (Rhône - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 15/09/2005 - page 2336

Mme Elisabeth Lamure attire l'attention de M. le ministre de la santé et des solidarités sur l'avenir de la médecine générale. Les résidents et internes de médecine générale sont mécontents de la nouvelle convention médicale, véritable frein au développement de leur spécialité. En effet, cette convention ne reconnaît pas la spécificité des fonctions du médecin généraliste, qui est le médecin du premier recours, de la prise en charge globale et de la coordination des soins. En premier lieu, il convient de rendre les fonctions spécifiques du médecin traitant à son propriétaire légitime, le médecin généraliste, ce qui implique une véritable reconnaissance professionnelle du médecin généraliste. En outre, il est nécessaire de mettre en place un moratoire à l'installation d'une durée de sept ans et de créer une filière universitaire de médecine générale, adaptée aux spécificités de cette discipline et notamment à son exercice ambulatoire. Enfin, il semble important d'instaurer une équivalence entre résidents et DES de médecine générale, leur permettant l'accès aux mêmes formations complémentaires (DESC) ainsi qu'à la filière universitaire. En conséquence, elle souhaiterait savoir si le Gouvernement envisage de prendre prochainement ces différentes mesures, de façon à permettre d'assurer l'avenir de la médecine générale.



La question est caduque