Allez au contenu, Allez à la navigation

Moyens aériens de lutte contre les incendies

12e législature

Question écrite n° 19376 de M. François Trucy (Var - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 22/09/2005 - page 2388

M. François Trucy attire l'attention de M. le ministre d'Etat, ministre de l'intérieur et de l'aménagement du territoire, sur la situation des moyens aériens bombardiers d'eau à la suite de l'immobilisation pendant plusieurs jours, cet été, de la moitié de la flotte française. Il lui semble utile de diversifier la panoplie plus étendue des aéronefs afin d'éviter qu'une telle occurrence se renouvelle. Il lui indique qu'il serait à ce titre nécessaire d'envisager l'acquisition d'hélicoptères lourds du type « Air Crane » capable de larguer 9 000 litres d'eau (soit le double d'un largage d'un Canadair). Il lui précise que cet engin, moins cher qu'un Canadair, serait le plus à même de remplacer le Canadair et le Tracker détruits ces derniers mois. Il le remercie de bien vouloir lui indiquer quelles sont les pistes actuellement envisagées afin de pourvoir au remplacement et développement des moyens aériens de lutte contre les incendies.



Réponse du Ministère de l'intérieur et de l'aménagement du territoire

publiée dans le JO Sénat du 09/02/2006 - page 367

L'honorable parlementaire attire l'attention de M. le ministre d'Etat, ministre de l'intérieur et de l'aménagement du territoire, sur la situation des moyens aériens bombardiers d'eau à la suite de l'immobilisation pendant plusieurs jours, cet été, de la moitié de la flotte française et de la perte des Tracker et du Canadair, l'été dernier, par des hélicoptères bombardiers d'eau (HBE) lourds de type « AIRCRANE ». S'il est indéniable que ces hélicoptères sont très efficaces, il n'en demeure pas moins qu'ils ne sauraient se substituer aux avions bombardiers d'eau (ABE). En effet, si les hélicoptères bombardiers d'eau (HBE) sont très précis et très efficaces dans le relief, leur faible autonomie et leur faible vitesse les rendent peu aptes à intervenir à distance et assurer ainsi une couverture géographique équivalente à celle des avions. Les HBE et les ABE doivent donc être considérés comme des moyens aériens complémentaires. Le Premier ministre, sur proposition de M. le ministre d'Etat, ministre de l'intérieur et de l'aménagement du territoire, a d'ores et déjà décidé de remplacer les avions perdus par d'autres ABE. En effet, il importe de maintenir la cohérence et l'efficacité de nos moyens nationaux de bombardement d'eau en retrouvant le format de la flotte des avions destinés à assurer le guet aérien armé (surveillance et attaque des feux naissants) et l'attaque massive des incendies. Cependant, M. le ministre d'Etat, ministre de l'intérieur et de l'aménagement du territoire, a décidé de pérenniser la location saisonnière d'hélicoptères bombardiers d'eau. Cette mesure de complément de la flotte s'inscrit dans la continuité de l'investissement de l'Etat dans le domaine de la lutte contre les feux de forêts et devrait ainsi répondre aux préoccupations exprimées par l'honorable parlementaire. Quant à l'acquisition éventuelle de tels aéronefs, elle sera étudiée dans le cadre des réflexions à moyen terme sur le format des moyens nationaux de bombardement d'eau.