Allez au contenu, Allez à la navigation

Apiculture et utilisation de produits insecticides

12e législature

Question écrite n° 19388 de Mme Fabienne Keller (Bas-Rhin - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 22/09/2005 - page 2382

Mme Fabienne Keller attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture et de la pêche sur les enjeux liés à la décision à venir de la Commission européenne relative à l'inscription ou non du Regent TS et du Gaucho dans la liste de produits phytosanitaires autorisés selon la directive européenne 91/414/CEE. Les substances actives contenues dans ces produits, le fipronil surtout, soulèvent des inquiétudes majeures quant à leurs conséquences sur l'environnement et les espèces sauvages, notamment les abeilles. La France l'a admis et fait usage du principe de précaution à plusieurs reprises, en suspendant provisoirement l'usage du Gaucho pour le maïs et le tournesol, en rendant un avis « préoccupé » aux instances communautaires ou encore en interdisant la mise sur le marché et l'utilisation de semences enrobées de fipronil ou des produits de traitement des sols à base de fipronil. Elle lui demande de bien vouloir lui préciser, dans l'hypothèse de l'absence de reconnaissance de l'extrême toxicité de ces produits par la Commission, les marges de manoeuvre dont disposerait le Gouvernement ainsi que les efforts qu'il déploierait en vue de trouver des solutions de remplacement.



Réponse du Ministère de l'agriculture et de la pêche

publiée dans le JO Sénat du 25/05/2006 - page 1443

La suspension de la mise sur le marché de la spécialité Gaucho pour le traitement des semences de maïs est effective depuis le 25 mai 2004. De même, l'interdiction d'utilisation des produits phytopharmaceutiques à base de fipronil a été confirmée par l'arrêté ministériel du 19 avril 2005. Ces décisions ont été prises sur la base de l'article L. 110-1 du code de l'environnement relatif au principe de précaution. En 2004, dans le cadre de l'évaluation scientifique des substances actives phytosanitaires au niveau communautaire, les autorités françaises ont proposé de ne pas inclure le fipronil sur la liste des substances actives phytosanitaires autorisées compte tenu de préoccupations majeures pour l'environnement, les espèces sauvages (organismes aquatiques, oiseaux et mammifères sauvages) et, plus spécifiquement, l'entomofaune. L'Autorité européenne de sécurité des aliments (AESA) a rendu son avis sur l'évaluation scientifique du fipronil au début du mois d'avril. Sur cette base, la Commission européenne dispose de six mois pour proposer aux Etats membres de se prononcer sur l'opportunité d'inscrire le fipronil sur la liste des substances autorisées au niveau communautaire qui devrait être disponible pour le début de l'été. L'imidaclopride, substance active du « Gaucho », est en cours de réévaluation scientifique au niveau communautaire. L'État membre rapporteur, l'Allemagne, a rendu ses conclusions à l'AESA en juin 2005. Dans ces conditions, l'AESA pourrait publier son avis d'ici à la fin de l'année 2006. La décision d'autorisation de mise sur le marché d'un produit phytopharmaceutique reste toutefois de la compétence des Etats membres. Ainsi, si le fipronil ou l'imidaclopride venaient à être inscrits sur la liste des substances autorisées au niveau communautaire, l'utilisation de produits phytopharmaceutiques contenant ces substances sur le territoire national nécessiterait l'obtention préalable d'une autorisation de mise sur le marché. Une demande en ce sens devrait être déposée auprès de l'instance d'évaluation du risque, la commission d'étude de la toxicité, ou, après le 1er juillet 2006, auprès de l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA). En tout état de cause, le Gouvernement attendra les résultats de l'évaluation scientifique nationale avant de prendre une décision sur ces dossiers. Enfin, l'enquête prospective multifactorielle des troubles des abeilles animée par l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments et mise en oeuvre par les services régionaux de la protection des végétaux et les directions départementales des services vétérinaires, touche à sa fin. Ses résultats seront disponibles prochainement.