Allez au contenu, Allez à la navigation

Campagnes d'information pour lutter contre l'obésité

12e législature

Question écrite n° 19548 de M. Jean-Marie Bockel (Haut-Rhin - UDI-UC)

publiée dans le JO Sénat du 29/09/2005 - page 2445

M. Jean-Marie Bockel attire l'attention de M. le ministre de la santé et des solidarités sur le projet du Gouvernement consistant à lancer une campagne contre l'obésité. Cette campagne d'information viendrait utilement compléter la loi n° 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique. Néanmoins, les professionnels de la biscuiterie s'inquiètent de voir se développer, depuis plusieurs mois, un débat d'opinion mettant en cause la catégorie des biscuits. Ces professionnels de l'alimentation ont pris depuis plusieurs années des mesures d'autodiscipline qui portent notamment sur la communication destinée aux enfants, le maintien de portions raisonnables et l'amélioration de l'information des consommateurs. Au vu de ces mesures fortes et en conséquence, il lui demande de bien vouloir veiller à indiquer, lors de cette campagne d'information, que la catégorie du biscuit, sous condition de portions raisonnables, n'entre pas dans les produits à prévalence de l'obésité.



Réponse du Ministère de la santé et des solidarités

publiée dans le JO Sénat du 01/12/2005 - page 3110

Une campagne de sensibilisation et d'information du grand public sur les glucides a été conduite en septembre et octobre derniers par l'Institut de prévention et d'éducation pour la santé (InPES) ; elle est actuellement en cours. Elle met en scène deux repères de consommation du programme national nutrition santé (PNNS), l'un encourage la consommation de fibres sous la forme de légumes secs, céréales et féculents ; l'autre incite à la réduction de la consommation des produits gras et sucrés. En effet, sur la base des analyses de consommation alimentaire des Français et des recommandations des nutritionnistes, ce programme s'est fixé comme objectif une augmentation de 50 % de la consommation de fibres sous la forme de céréales, légumes secs ou féculents ainsi que la réduction de 25 % de la consommation de sucres simples. Cette campagne, loin d'exclure les biscuits d'une alimentation équilibrée, valorise auprès du consommateur la variété du choix alimentaire. Elle lui montre qu'un autre choix que celui de produits gras et sucrés est éventuellement possible et qu'il peut présenter des avantages pour la santé. Des échanges ont eu lieu avec les professions et, notamment, avec les représentants des biscuiteries avant le lancement de cette campagne. Le ministère de la santé et des solidarités a prévu de rencontrer à nouveau les représentants des secteurs concernés après cette campagne afin de discuter des propositions que pourraient faire ces professionnels sur les suites à donner en matière de santé publique. Cette campagne, troisième du genre, fait suite à une campagne sur les fruits et légumes et une sur l'activité physique. Elle s'inscrit dans le cadre du programme national nutrition santé (PNNS). Ce programme s'est fait connaître depuis quatre ans par les repères nutritionnels simples et astucieux qu'il dispense. Il a fait le choix délibéré d'un discours cohérent et déculpabilisant sur la nutrition qui inspire toutes ses publications. Défini et validé par des nutritionnistes, ce programme dispose aujourd'hui d'une très large reconnaissance, même auprès des professions concernées.