Allez au contenu, Allez à la navigation

Lieu d'implantation de l'Institut national du cancer

12e législature

Question écrite n° 19784 de M. Serge Lagauche (Val-de-Marne - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 13/10/2005 - page 2605

M. Serge Lagauche souhaite attirer l'attention de M. le ministre de la santé et des solidarités sur la question du lieu d'implantation de l'Institut national du cancer (INCA). Alors que M. le maire de Boulogne-Billancourt a laissé entendre lors du dernier conseil municipal du jeudi 29 septembre 2005 que l'Institut national du cancer pourrait être installé sur l'île Seguin et non à Villejuif dans la vallée de la Bièvre, il souhaite lui rappeler que le département du Val-de-Marne, depuis près de deux ans, a fait part de sa candidature pour accueillir l'INCA. Élaborée avec l'ensemble des acteurs concernés, cette candidature s'appuie en effet sur le pôle d'excellence que constitue déjà le département en matière de cancérologie, tant dans le domaine de la recherche que des soins, autour de structures publiques et privées de notoriété européenne et internationale. Ainsi, le Val-de-Marne accueille-t-il d'ores et déjà un tissu d'entreprises biomédicales spécialisées dans la lutte contre le cancer, notamment les deux grands laboratoires Abbott et Sanofi Aventis, de même que l'Institut Gustave-Roussy de Villejuif qui est le premier centre européen de lutte contre le cancer et fait figure de tête de réseau du cancéropôle francilien. Au vu ces atouts incontestables, et jusqu'ici incontestés du département pour accueillir l'Institut national du cancer, il se permet par ailleurs de lui rappeler, outre que l'île Seguin ne dispose à ce jour d'aucun équipement lié à la lutte contre le cancer, que l'implantation de l'INCA dans la vallée de la Bièvre participerait au rééquilibrage à l'est de l'aménagement du territoire de l'Ile-de-France, rééquilibrage voulu par le Gouvernement lui-même. A l'heure où la légitimité scientifique et technologique du Val-de-Marne a par ailleurs été reconnue par le Gouvernement par le biais de l'attribution au département d'un pôle de compétitivité axé sur la médecine clinique qui s'appuie notamment sur la proximité des centres de recherche du CNRS et de l'INSERM, il lui demande donc de bien vouloir lui indiquer de quelle manière il compte faire cesser le bruit exprimé par M. le maire de Boulogne-Billancourt qui ne repose sur aucune justification tangible au regard de l'extrême solidité de la candidature du Val-de-Marne pour accueillir l'Institut national du cancer.



Réponse du Ministère de la santé et des solidarités

publiée dans le JO Sénat du 12/01/2006 - page 116

Le 14 octobre 2005, l'implantation de l'Institut national du cancer (INCA) sur l'île Seguin à Boulogne-Billancourt a été annoncée par le ministre de la santé et des solidarités et le ministre délégué à l'enseignement supérieur. Cette implantation se situe dans le cadre du projet de création d'un pôle santé sur l'île Seguin. Ce choix s'appuie sur la recommandation de la commission mise en place par l'INCA, composée de représentants de la direction générale, du conseil scientifique international, des comités des malades et de déontologie de l'INCA. En attendant la construction de son immeuble de destination, des locaux devraient être mis à la disposition de l'institut par la ville de Boulogne.