Allez au contenu, Allez à la navigation

Création d'un diplôme de technicien en ascenseurs

12e législature

Question écrite n° 20016 de M. Alain Journet (Gard - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 27/10/2005 - page 2761

M. Alain Journet attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche sur la nécessité d'approuver, dans les meilleurs délais, la création d'un diplôme de technicien en ascenseurs, dont la demande a été transmise au ministère en septembre 2004, après l'avis favorable de la troisième Commission professionnelle consultative de l'Education Nationale le 14 juin 2004.

Ce métier requiert des compétences pluridisciplinaires spécifiques en matières de technique, de sécurité et de relation avec les usagers. Le dispositif réglementaire sur la sécurité des ascenseurs est désormais totalement opérationnel, et les besoins en personnel qualifié sont réels et estimés à 1 500 jeunes par an pour l'ensemble de la profession : emplois stables, qualifiés et non délocalisables.

En conséquence, il lui demande si l'approbation de l'élaboration de ce diplôme de technicien est à l'ordre du jour, tout décalage dans le processus pouvant entraîner un report d'une année dans la mise en oeuvre effective de ce diplôme et de la formation associée.



Réponse du Ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche

publiée dans le JO Sénat du 24/08/2006 - page 2199

M. le ministre de l'éducation nationale a donné son accord, en octobre 2005, à la création d'un diplôme national dans le domaine des ascenseurs. La Direction de l'enseignement scolaire a immédiatement engagé les travaux nécessaires, avec le soutien actif de la profession. La commission professionnelle consultative de la métallurgie, réunie le 16 décembre 2005, a validé ces travaux. L'arrêté de création de la mention complémentaire « technicien(ne) ascensoriste » (service modernisation) a été publié au Journal officiel du 5 avril 2006. Les sections qui prépareront ce diplôme en un an pourront ouvrir dès la rentrée 2006, en priorité dans les lycées qui dispensent aujourd'hui une formation complémentaire d'initiative locale dans le domaine des ascenseurs et dans les zones fortement urbanisées.