Allez au contenu, Allez à la navigation

Accès au réseau TNT de la chaîne KTO

12e législature

Question écrite n° 20040 de M. Philippe Marini (Oise - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 27/10/2005 - page 2759

M. Philippe Marini souhaite attirer l'attention de M. le ministre de la culture et de la communication sur la demande d'accès au réseau de télévision numérique terrestre formulée par la chaîne KTO auprès du Conseil supérieur de l'audiovisuel. En effet, le CSA a refusé cette autorisation à KTO au motif que « KTO, en raison de sa thématique confessionnelle, vise un public restreint ». Sachant que, selon les dernières données audimat, cette chaîne, actuellement disponible via le câble et le satellite, enregistre une moyenne de 2 110 000 téléspectateurs uniques par semaine, on peut s'avérer surpris du veto du CSA et surtout de sa justification. Cette décision a d'ailleurs provoqué une vague de protestations qui a abouti à la signature d'une pétition en ligne qui a recueilli à ce jour près de 47 000 signatures. Aussi, il désire savoir quelle position il entend adopter à ce sujet, et souhaite que le CSA soit rapidement amené à réexaminer ce dossier.



Réponse du Ministère de la culture et de la communication

publiée dans le JO Sénat du 12/01/2006 - page 82

L'honorable parlementaire a souhaité recueillir la position du ministre de la culture et de la communication sur le refus du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) opposé à la chaîne de télévision KTO lors de sa candidature à une fréquence en télévision numérique terrestre (TNT). La loi n° 86-1067 du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication confié à l'instance de régulation indépendante le soin d'attribuer l'usage des fréquences pour les services de radio et de télévision, après la mise en oeuvre d'une procédure d'appel aux candidatures. Compte tenu de la rareté de la ressource disponible, elle définit les critères aux termes desquels le CSA procède à une sélection entre les différents candidats et offre à ces derniers la possibilité de contester devant le Conseil d'Etat le refus qui leur a été opposé. Lors du second appel complémentaire du 14 décembre 2004 relatif au déploiement de la TNT en France, le CSA a ainsi été amené à examiner les différents dossiers de candidature. La sélection définitive s'est effectuée à la suite des auditions publiques des candidats qui se sont déroulées du 18 au 21 avril 2005. La société KTO, qui a été entendue le 18 avril 2005, n'a pas été retenue parmi les huit chaînes autorisées à l'issue des auditions. Il n'appartient donc pas au Gouvernement d'intervenir dans cette procédure.