Allez au contenu, Allez à la navigation

Déréférencement de la gare de Villers-Cotterêts comme gare de chargement de bois

12 ème législature

Question écrite n° 20545 de M. Paul Girod (Aisne - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 24/11/2005 - page 3023

M. Paul Girod s'étonne auprès de M. le ministre de l'agriculture et de la pêche du déréférencement de la gare de Villers-Cotterêts comme gare de chargement de bois, alors même qu'elle se trouve être entourée de nombreuses entreprises de sciage et située en bordure d'une forêt domaniale. Les professionnels de la filière bois sont aussi surpris du peu de réaction de l'ONF sur ce dossier alors même que la crise énergétique qui se dessine montre que le bois énergie retrouve toute son opportunité.



Réponse du Ministère de l'agriculture et de la pêche

publiée dans le JO Sénat du 09/03/2006 - page 714

Le récent plan de redressement de fret de la SNCF a des conséquences importantes sur l'ensemble de la filière bois. En effet, les mesures prises pour concentrer le trafic sur les grands axes ferroviaux et les tarifs ont eu un impact important sur le transport de bois très dispersé et déficitaire. Le nombre de gares bois en France passant de plus de 200 en 2003 à 48 en fin 2005 a impliqué une réorganisation considérable des flux de bois et la hausse des prix du fret ferroviaire a eu pour effet un transfert important du transport de bois du fer vers la route. Le déréférencement de la gare de Villers-Cotterêts, le 12 juin 2005, s'incrit dans cette évolution générale. Entre 2003 et 2004, le chargement de bois dans cette gare a considérablement baissé passant de 11 000 tonnes à 6 800 tonnes et la nécessité d'augmenter les volumes transportés conduit à la fermeture de certaines gares bois de la région. Depuis le déréferencement de la gare de Villers-Cotterêts, le chargement de bois a sensiblement augmenté dans la gare de Rethondes, qui est située à 27 kilomètres. Les exploitants forestiers de la région peuvent donc continuer dans ces conditions à expédier le bois et les scieries à s'approvisionner en utilisant le fret ferroviaire de gares relativement proches. Le coût du transport dans la formation du prix des produits finis à base de bois est un élément clé de la compétitivité de la filière bois française, donc de la mobilisation de la ressource et de l'utilisation du bois énergie. La disposition de la loi d'orientation sur la forêt du 9 juillet 2001 prévoyant la possibilité d'augmenter le tonnage des véhicules routiers de bois ronds a été prolongée jusqu'au 8 juillet 2009. C'est pourquoi en collaboration avec le ministre chargé des transports, le ministère de l'agriculture et de la pêche aappelé l'attention des préfets de région et de département sur l'importance de disposer des itinéraires routiers arrêtés par les autorités compétentes.