Allez au contenu, Allez à la navigation

Préservation des races françaises à faibles effectifs

12e législature

Question écrite n° 20566 de Mme Odette Herviaux (Morbihan - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 24/11/2005 - page 3023

Mme Odette Herviaux souhaite connaître la politique ministérielle de soutien aux différentes races bovines à faibles effectifs. Le cheptel français est riche de sa diversité de races notamment au sein du troupeau allaitant. Malheureusement, aujourd'hui la priorité semble être la rentabilité et la sélection de races de plus en plus performantes. Sans un soutien aux structures ou au centre d'insémination artificielle, la biodiversité et la richesse de nos races risquent de disparaître. De ce fait, elle interroge M. le ministre de l'agriculture et de la pêche sur ses intentions concernant les soutiens en faveur des différentes races à petits effectifs.



Réponse du Ministère de l'agriculture et de la pêche

publiée dans le JO Sénat du 19/01/2006 - page 161

La loi d'orientation agricole adoptée par le Parlement le 22 décembre 2005 renforce la politique de valorisation de la diversité des ressources zoogénétiques. Suivant en cela les conclusions du rapport de la France à l'organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (2004), elle prévoit aussi de recenser les ressources génétiques d'intérêt patrimonial, de renforcer les programmes de conservation in situ et le renforcement de la cryobanque nationale. Dans cet objectif, il est aussi institué un service universel de distribution et de mise en place de la semence des ruminants en monte publique. Le Gouvernement prendra par ordonnance les dispositions nécessaires pour garantir aux éleveurs l'accès à un service de qualité sur les plans zootechnique et sanitaire sur tout le territoire et préserver la diversité des ressources zoogénétiques, en faisant un effort spécifique pour les races locales, en particulier dans les zones de montagne. Le ministère de l'agriculture et de la pêche a marqué, dès 2005, son attachement à la préservation des races à petit effectif en consolidant, suivant l'avis de la Commission nationale d'amélioration génétique, les subventions aux programmes de conservation de ces races.