Allez au contenu, Allez à la navigation

Illettrisme

12e législature

Question écrite n° 20611 de M. François-Noël Buffet (Rhône - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 01/12/2005 - page 3075

M. François-Noël Buffet attire l'attention de Mme la ministre déléguée à la cohésion sociale et à la parité sur le problème que représente l'illettrisme dans notre pays. Il ressort en effet d'une enquête récemment publiée par l'INSEE que 9% environ de la population âgée de 18 à 65 ans qui a été scolarisée dans notre langue ne maîtrise pas le socle des compétences de base dont la lecture et l'écriture. Il lui demande par conséquent de bien vouloir lui faire connaître les intentions du gouvernement en vue de remédier à ce qui peut devenir un véritable fléau tout en constituant une gêne particulièrement importante pour les intéressés dans leur vie quotidienne.

Transmise au Ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche



Réponse du Ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche

publiée dans le JO Sénat du 10/08/2006 - page 2125

L'enseignement de la langue française est une préoccupation majeure du système éducatif à tous les niveaux de la scolarité. La loi d'orientation et de programme pour l'avenir de l'école précise que la scolarité obligatoire doit garantir l'acquisition d'un socle commun constitué d'un ensemble de connaissances et de compétences qu'il est indispensable de maîtriser pour poursuivre et réussir sa scolarité : la maîtrise de la langue française y figure en première place. Les travaux du Haut Conseil de l'éducation chargé de préciser les éléments du socle sont en cours. Ils conduiront à la publication d'un décret dont le ministère entreprendra la déclinaison à toutes les étapes de la scolarité obligatoire. A cette occasion, les questions concernant l'enseignement du français, qui font l'objet d'un débat depuis plusieurs mois, pourront trouver une réponse. Pour favoriser l'acquisition de la lecture, la circulaire du 3 janvier 2006 demande aux enseignants de recourir à la méthode syllabique ou phono-synthétique. A la fin du cours préparatoire, tous les élèves devront avoir acquis les techniques du déchiffrage et les automatismes. Pour ceux qui n'y parviendraient pas, la généralisation de l'évaluation en début de CE1 permettra d'analyser leurs difficultés afin de mettre en place des programmes personnalisés de réussite éducative. Au collège, les apprentissages mis en place à l'école primaire se poursuivent dans les cours de français avec une progression des acquisitions sur les trois cycles pour l'orthographe, la conjugaison, la grammaire et le lexique qui doivent faire l'objet de temps d'enseignement spécifiques. Pour renforcer cet enseignement, une circulaire intitulée « L'enseignement du français au collège », dans laquelle le caractère formateur des exercices écrits et oraux est rappelé, a été publiée au Bulletin officiel n° 37 du 14 octobre 2004. L'étude de la langue pour lire, écrire, écouter et parler accorde une place importante aux différentes formes de dictée, aussi bien d'entraînement que de contrôles, conjugués avec des exercices conduisant les élèves à orthographier correctement leurs propres productions. Il est également recommandé de consacrer des séances complètes de travail systématique à l'étude (observation, analyse, mémorisation) de la langue et de son fonctionnement sur le plan grammatical, orthographique et lexical.