Allez au contenu, Allez à la navigation

Situation des UPRA

12 ème législature

Question écrite n° 20761 de M. Jean-Marc Juilhard (Puy-de-Dôme - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 08/12/2005 - page 3138

M. Jean-Marc Juilhard souhaite attirer l'attention de M. le ministre de l'agriculture et de la pêche sur la situation des UPRA (Unités nationales de sélection et de promotion de la race). En effet, une récente décision de gel de crédits risque d'avoir des conséquences négatives importantes sur l'activité des UPRA, et en premier lieu, sur les plus petites d'entre elles. A titre d'exemple, I'UPRA « Simmental Française » compte parmi les UPRA de petite taille, par le nombre d'éleveurs et d'animaux concernés, mais réalise toutefois un important travail génétique, visant à la sauvegarde de cette race. La diversité du patrimoine génétique, la spécificité du travail des UPRA sont une chance et une richesse pour la France et pour son agriculture. Il aimerait savoir quelles dispositions particulières pourront être prises pour assurer la continuité et la pérennité des UPRA, l'un des éléments de la force de l'agriculture de notre pays.



Réponse du Ministère de l'agriculture et de la pêche

publiée dans le JO Sénat du 02/02/2006 - page 273

L'honorable parlementaire appelle l'attention du ministère de l'agriculture et de la pêche sur les conséquences du gel des crédits affectant le secteur de l'élevage, et notamment ceux destinés aux unités nationales de sélection et de promotion des races. Il a été décidé en 2005 un dégel spécial des crédits de génétique animale de 1 million d'euros. Cela a permis de financer les dossiers prioritaires et de répondre, au moins partiellement, à la demande des unités en situation la plus délicate. En ce qui concerne la race bovine Simmental française, un complément de dotation de 30 % environ du montant initial prévu en 2005 sera versé à l'UPRA correspondante au premier semestre 2006.