Allez au contenu, Allez à la navigation

Polémique sur le rôle de la présence française en Afrique du Nord

12e législature

Question écrite n° 20882 de Mme Joëlle Garriaud-Maylam (Français établis hors de France - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 15/12/2005 - page 3201

Mme Joëlle Garriaud-Maylam attire l'attention de M. le Premier ministre sur la polémique suscitée par l'article 4 de la loi n° 2005-158 du 23 février 2005 portant reconnaissance de la Nation et contribution nationale en faveur des Français rapatriés, qui prévoit que les manuels scolaires "reconnaissent en particulier le rôle positif de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord". Elle lui demande si, afin d'éclairer les Français et sans empiéter sur le travail des historiens, il ne serait pas opportun que le Gouvernement fasse faire un bilan détaillé des investissements, équipements et infrastructures (hôpitaux, écoles, routes, voies ferrées, bâtiments administratifs etc...) et de leurs répercussions sur le niveau de vie des populations concernées au cours de la période de présence française en Afrique du Nord, et plus particulièrement en Algérie où un grand nombre de nos compatriotes a participé pendant plusieurs générations au développement de ce pays.

Transmise au Ministère délégué aux anciens combattants



Réponse du Ministère délégué aux anciens combattants

publiée dans le JO Sénat du 20/04/2006 - page 1129

L'article 1er de la loi n° 2005-158 du 23 février 2005 portant reconnaissance de la nation et contribution nationale en faveur des Français rapatriés rend un juste et nécessaire hommage à tous les Français rapatriés et aux combattants de toutes origines de l'armée française. Comme le rappelle l'honorable parlementaire, ce n'est pas au Parlement d'écrire l'histoire ; le bilan historique de la présence française outre-mer appartient aux historiens auxquels il incombera donc de le faire.