Allez au contenu, Allez à la navigation

Situation de l'Union française du film pour l'enfance et la jeunesse

12e législature

Question écrite n° 21044 de Mme Christiane Demontès (Rhône - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 29/12/2005 - page 3322

Mme Christiane Demontès attire l'attention de M. le ministre de la jeunesse, des sports et de la vie associative sur les très vives inquiétudes qui se font jour au sein de l'Union française du film pour l'enfance et la jeunesse. Depuis 1990, année de sa création, cette association a su développer une intense activité. Axée sur la problématique cinématographique, audiovisuelle et télévisuelle, cette association a su développer en France et sur l'échiquier international des partenariats fructueux. Son activité se fonde sur une démarche d'éducation populaire visant à favoriser l'accès à la culture, à l'éducation et à la société pour tous. Elle s'adresse autant aux enfants qu'aux animateurs, enseignants, ou partenaires culturels de tous horizons. Or cet élan risque d'être brisé par l'annonce de son ministère de la non-pérennisation de la dotation budgétaire traditionnellement accordée. Alors que les questions de formation, d'éducation et de citoyenneté sont au centre du contrat social et constituent un élément primordial pour le développement d'une citoyenneté active, elle lui demande quelles mesures il compte très rapidement prendre afin que cette association ne soit pas victime d'un choix qui annihilerait plus de quinze années d'engagement reconnu nationalement et internationalement.



Réponse du Ministère de la jeunesse, des sports et de la vie associative

publiée dans le JO Sénat du 20/07/2006 - page 1964

Le ministre de la jeunesse, des sports et de la vie associative porte une attention particulière aux associations de jeunesse et d'éducation populaire et notamment celles qui oeuvrent pour que les jeunes aient accès à la culture. C'est pourquoi, cette année, le ministère a souhaité mettre en place de nouvelles conventions pluriannuelles d'objectifs (CPO) pour une durée de trois ans (2006-2008) afin de pérenniser les actions associatives qui rencontrent les propriétés du ministère dans le domaine de la jeunesse et de l'éducation populaire. En ce qui concerne l'association Union française du film pour l'enfance et la jeunesse (UFFEJ), une CPO est en cours d'élaboration.