Allez au contenu, Allez à la navigation

Maintien de la recherche sur la noix et le noyer

13e législature

Question écrite n° 03194 de M. Bernard Piras (Drôme - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 24/01/2008 - page 120

M. Bernard Piras attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture et de la pêche sur le maintien de la recherche sur la noix et le noyer.

L'importance et la spécificité de la production de noix en France, les bienfaits de la consommation de ce fruit pour la santé, les aspects très positifs de ces vergers pour l'environnement et l'aménagement cohérent du territoire, placent cette filière comme majeure et susceptible de générer encore plus de progrès et de valeur dans les années à venir.

La configuration du marché est également favorable. La France, à la fois productrice et consommatrice, est au centre du marché européen, et objet de convoitises des grands exportateurs mondiaux. La production française doit se faire reconnaître pour son excellence et sa compétitivité.

La place et les acquis reconnus de la recherche française doivent donc être absolument maintenus et confortés.

Or, il semble qu'il soit envisagé un désengagement de l'INRA (Institut national de la recherche agronomique) dans le domaine de la recherche sur la noix et le noyer.

Il lui demande de lui confirmer qu'un pôle de recherche publique important sera bien conservé.



Réponse du Ministère de l'agriculture et de la pêche

publiée dans le JO Sénat du 20/03/2008 - page 538

L'honorable parlementaire s'inquiète d'un éventuel désengagement de l'Institut national de la recherche agronomique des travaux sur l'innovation variétale de la noix menés par le centre de Bordeaux. Les recherches conduites par l'INRA concernent aussi bien les noyers à fruit que les noyers à bois ou à double fin (bois et fruit). Elles portent, d'une part, sur la conservation des ressources génétiques et l'amélioration génétique, et d'autre part, sur l'écophysiologie du noyer, sur certaines maladies, sur la conduite des plantations à des fins de production fruitière ou dans le cadre des systèmes agroforestiers (domaines importants dans une perspective de changement climatique) et sur la qualité du bois. L'enjeu économique que représente la production de noix, et l'expertise de l'INRA en matière d'innovation variétale de cette espèce justifient le maintien d'un investissement en recherche et développement. Ces recherches devront toutefois s'inscrire dans une stratégie de gestion et d'exploitation de la diversité génétique pour une double finalité fruitière et forestière. Il apparaît également souhaitable que la profession contribue aux phases d'évaluation et de tri du matériel proposé par l'INRA, selon des modalités similaires à ce qui se pratique avec d'autres professions dont l'INRA accueille les ingénieurs et personnels techniques dans des plates-formes dites de transfert et d'innovation technique.