Allez au contenu, Allez à la navigation

Renforcement du service auto sur train

13e législature

Question écrite n° 03306 de M. Louis Souvet (Doubs - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 07/02/2008 - page 224

M. Louis Souvet attire l'attention de M. le secrétaire d'État chargé des transports sur le maintien puis le renforcement du service auto sur train. Ce système relativement bien connu et emprunté par nos voisins allemands et suisses (par exemple Loetschberg) reste au niveau national relativement confidentiel. Ce mode d'acheminement conjugue les avantages collectifs (économie d'énergie) avec les agréments pour l'usager (diminution de la fatigue sans le priver de son propre véhicule). Il convient donc de participer au développement de ce type de liaison. Il demande si les Pouvoirs publics entendent initier avec la SNCF une réflexion sur les attentes de la clientèle dans ce domaine. Le fractionnement des congés milite en faveur de ce mode de transport via un ferroutage des véhicules légers moins saisonnier. L'économie touristique bénéficierait également de ce type de prestation puisque le gain de temps réalisé permettrait de multiplier les séjours. La formule des abonnements permet de dépasser le cadre réducteur et donc non viable d'un unique aller et retour estival.



Réponse du Secrétariat d'État aux transports

publiée dans le JO Sénat du 03/07/2008 - page 1356

Le Grenelle de l'environnement a mis en évidence la nécessité de promouvoir de nouvelles façons de se déplacer. Le transport ferroviaire dispose de nombreux atouts pour assurer un développement respectueux de l'environnement. C'est la raison pour laquelle le Gouvernement, dans le droit-fil du Grenelle de l'environnement, compte prendre un ensemble de mesures pour assurer le développement de ce mode de transport. Le service auto-train ou ferroutage, qui consiste à transporter sur les moyens ferroviaires des véhicules de tourisme ou de petits utilitaires, est une composante de cette politique de promotion des modes complémentaires ou alternatifs à la route. Le développement de ce service contribuerait également à améliorer la sécurité sur les routes, tout en permettant des déplacements plus rapides. Force est de constater que ce service a peiné jusqu'ici à trouver son modèle économique et qu'il est insuffisamment développé en France. La hausse du prix des carburants et la prise de conscience des enjeux environnementaux pourraient changer cette situation. Le Gouvernement va donc demander à la SNCF d'examiner les conditions permettant de développer ce service et de le rendre plus attractif, en l'adaptant aux nouvelles donnes économiques et technologiques, ainsi qu'aux nouvelles pratiques socio-culturelles (extension de l'offre TGV et de la location de voiture, aménagement du temps de travail, généralisation de l'internet).