Allez au contenu, Allez à la navigation

Réouverture du commissariat rue Raymond Queneau (Paris 18e)

13e législature

Question écrite n° 03683 de Mme Nicole Borvo Cohen-Seat (Paris - CRC)

publiée dans le JO Sénat du 13/03/2008 - page 472

Mme Nicole Borvo Cohen-Seat attire l'attention de Mme la ministre de l'intérieur, de l'outre-mer et des collectivités territoriales sur la nécessaire réouverture du commissariat rue Raymond Queneau dans le 18e arrondissement de Paris (quartier Evangile-Porte de la Chapelle). Les habitants de ce quartier populaire aspirent parallèlement à une amélioration de la vie du quartier (espaces verts, commerces, transports publics etc...) et à une plus grande présence des forces de l'ordre par l'intermédiaire d'un véritable îlotage et d'une réouverture de ce commissariat. Une pétition en faveur du maintien de ce service public a recueilli de nombreuses signatures.
Par conséquent elle lui demande ce qu'elle compte faire en vue de la réouverture du commissariat rue Raymond Queneau avec les moyens humains et matériels nécessaires ainsi qu'avec des horaires adaptés aux réalités du quartier.



Réponse du Ministère de l'intérieur, de l'outre-mer et des collectivités territoriales

publiée dans le JO Sénat du 18/09/2008 - page 1888

L'unité de police de quartier (UPQ) « Chapelle », située rue Raymond-Queneau dans le 18e arrondissement de Paris, a été fermée au public le 20 décembre 2006 à la suite d'un avenant au contrat local de sécurité du 18e arrondissement, conclu le 5 juillet 2007 entre le commissaire central de l'arrondissement, le substitut du procureur de la République et le maire du 18e arrondissement. La fermeture au public de ce poste était nécessaire au regard de l'activité très réduite de cette UPQ. Cette rationalisation a permis de déployer davantage de policiers sur la voie publique dans l'ensemble du 18e arrondissement. Dans ce secteur, ainsi que dans les quartiers de la Goutte d'or et de Clignancourt elle a été compensée par une présence plus soutenue de la police de quartier. Celle-ci a permis de réduire les délais de traitement des demandes de l'autorité judiciaire et d'améliorer la gestion des plaintes. Il convient en outre de souligner que les locaux de la rue Raymond-Queneau demeurent occupés par la police nationale, puisqu'ils abritent les 42 fonctionnaires de police de l'unité de recherche et d'investigation du service de l'investigation transversale de la police urbaine de proximité ; leur présence contribue naturellement à la sécurisation du secteur.