Allez au contenu, Allez à la navigation

Rentes viagères de prestation compensatoire

13e législature

Question écrite n° 03860 de M. Raymond Couderc (Hérault - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 03/04/2008 - page 649

M. Raymond Couderc attire l'attention de Mme la garde des sceaux, ministre de la justice sur la question des rentes viagères de prestation compensatoire. Avant la loi n° 2000-596 du 30 juin 2000 relative à la prestation compensatoire en matière de divorce, cette dernière était essentiellement demandée sous forme de rente viagère.
La nature de cette prestation compensatoire, conçue comme une dette forfaitaire par le législateur, est alors devenue une dette alimentaire à vie.
Elle est actuellement payée par plus de 56 000 « débirentiers », dont 98% ont plus de 60 ans. Le montant médian de la prestation est de 457€ par mois.
Malheureusement, le montant des rentes viagères de prestation compensatoire n'a jamais été fixé en fonction des trois critères régissant les rentes viagères : l'âge du créancier, son espérance de vie et le montant du capital à servir.
Cette erreur aboutit à des inégalités, où, à situations financières comparables, on observe que la moyenne des prestations compensatoires versées sous forme de capital par les « nouveaux divorcés » est de l'ordre de 55 000 €, alors que la moyenne des sommes versées sous forme de rentes viagères est de plus de 155 000 €, et correspond à un capital moyen aliéné de 130 000 €.
En outre, la loi n° 2004-439 relative au divorce a été assortie d'un barème de conversion en capital, basé lui, sur des critères de rentes capitalistiques classiques.
Dès lors, le capital moyen à verser encore est de 150 000 €, soit par le débirentier lui-même, soit par son héritage.., même s'il a été constitué avec l'aide de la seconde épouse.
Enfin, les possibilités de révision sont illusoires, très peu utilisées (moins de 2%), et la conversion en capital est dissuasive.
La loi n'a pas non plus rétabli l'équité entre les époux : les révisions sont refusées aux débirentiers qui ont des difficultés financières, au prétexte que leur seconde épouse peut payer à leur place grâce à son salaire, ou même à sa retraite, alors qu'on maintient la rente viagère à la première épouse remariée ou en concubinage. On assiste alors à un transfert de la dette.
Il lui demande ainsi comment elle compte garantir l'équité dans la prise en compte des nouvelles situations matrimoniales des ex-époux lors des demandes de révision et si elle entend réviser le mode de conversion en capital, afin d'en faire une procédure plus équitable.



Réponse du Ministère de la Justice

publiée dans le JO Sénat du 22/05/2008 - page 1018

La garde des sceaux, ministre de la justice, fait connaître à l'honorable parlementaire que la loi n° 2004-439 du 26 mai 2004 relative au divorce prévoit que les prestations compensatoires versées sous forme de rente peuvent être converties en capital à la demande du débiteur, en application de l'article 276-4 du code civil. Le décret n° 2004-1157 du 29 octobre 2004 détermine les modalités de calcul du montant du capital substitué à la rente. Cette substitution n'étant en aucun cas une révision, il est nécessaire que le montant du capital substitué soit équivalent à la rente. Pour ce faire, la substitution d'un capital à la rente ne s'opère techniquement qu'à la date de l'événement y ouvrant droit, en fonction de l'espérance de vie du créancier. Toute autre solution aurait abouti à remettre en cause l'autorité de la chose jugée, l'équilibre des droits fixés par le jugement du divorce et aurait ainsi porté atteinte à la sécurité juridique. Par ailleurs, la réforme précitée a profondément assoupli les conditions dans lesquelles les prestations compensatoires versées sous forme de rente peuvent être révisées. Ainsi, la révision, la suspension ou la suppression de la rente peut être demandée en cas de changement important dans la situation de l'une ou l'autre des parties. Toutefois, la révision ne peut avoir pour effet de porter la rente à un montant supérieur à celui fixé initialement. La représentation nationale, qui a examiné cette question à deux reprises, n'a pas estimé que la rente devait être automatiquement supprimée en cas de remariage du créancier. En effet, le remariage, le PACS ou le concubinage notoire du créancier ne sont pas toujours synonymes d'amélioration de sa situation financière. Cet élément nouveau doit dès lors être apprécié au vu des circonstances propres à chaque cas d'espèce, dans le cadre d'une demande en révision fondée sur l'existence d'un changement important dans la situation de l'une ou l'autre des parties. Par ailleurs, la réforme intervenue en 2004 a créé un nouveau cas de révision qui s'ajoute au cas précité, depuis le 1er janvier 2005, lorsque le maintien de la rente, fixée sous l'empire de la loi du 11 juillet 1975, produirait un avantage manifestement excessif au regard des critères posés à l'article 276 du code civil, c'est-à-dire en fonction de l'âge, de l'état de santé et de la capacité du bénéficiaire à subvenir à ses besoins. Ces mesures paraissent de nature à concilier de façon satisfaisante les attentes des débiteurs de prestation compensatoire avec la protection des intérêts des créanciers et à répondre au souci de l'honorable parlementaire.