Allez au contenu, Allez à la navigation

Violente répression venant de s'abattre sur le peuple tibétain

13e législature

Question écrite n° 03949 de Mme Christiane Demontès (Rhône - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 10/04/2008 - page 693

Mme Christiane Demontès attire l'attention de M. le ministre des affaires étrangères et européennes sur la violente répression qui vient de s'abattre sur le peuple tibétain. À l'occasion du 40ème anniversaire du soulèvement tibétain qui avait abouti à l'exil du Dalaï Lama, les populations tibétaines, et notamment les moines boudhistes de Lhassa et des régions voisines du Tibet que sont les provinces du Gansu et du Sichuan abritant d'importantes communautés tibétaines, manifestent contre l'occupation chinoise. Ce mouvement a été réprimé par les forces militaires et policières chinoises. Selon les informations délivrées par le gouvernement tibétain en exil, cette violente répression aurait occasionné plus d'une centaine de morts. Les atteintes aux Droits de l'Homme telles que les arrestations arbitraires, les mauvais traitements se multiplieraient. Dans un contexte de colonisation pure, où le malaise économique, environnemental et culturel, se fait de plus en plus important, Pékin reste sourd à toute demande d'autonomie culturelle, et use, une fois encore, de répression.
Aussi, elle lui demande quelles dispositions et initiatives compte prendre le Gouvernement pour que les autorités chinoises cessent cette répression violente et qu'une commission d'enquête internationale permettant de faire la lumière sur ces récents évènements soit diligentée par l'ONU.



Réponse du Ministère des affaires étrangères et européennes

publiée dans le JO Sénat du 26/06/2008 - page 1277

Mme Christiane Demontès a bien voulu attirer l'attention du ministre des affaires étrangères et européennes sur les événements qui se sont déroulés au Tibet. Comme vous le savez, le ministre des affaires étrangères et européennes a exprimé publiquement sa préoccupation dès le 16 mars. La France et ses partenaires européens ont pris position dès le 17 mars dans une déclaration commune. La France demeure vigilante sur la question des droits de l'homme en Chine et particulièrement au Tibet. Un émissaire du président chinois, M. Zhao Jinjun, a été reçu par le Président de la République et par le ministre qui a eu plusieurs entretiens avec son homologue chinois. Le ministre des affaires étrangères et européennes et la secrétaire d'État chargée des affaires étrangères et des droits de l'homme ont rencontré les représentants du Dalaï Lama, ainsi que des représentants d'ONG militant pour la défense des droits de l'homme en Chine. Le gouvernement français considère que seul le dialogue permettra de parvenir à une situation durable dans le cadre de la République populaire de Chine. La reprise du dialogue entre les autorités chinoises et les représentants du Dalaï Lama le 4 mai dernier à Shenzhen (Chine du Sud) est une étape importante que nous soutenons pleinement. Les deux parties ont annoncé la poursuite de ce dialogue. La France espère des avancées concrètes et poursuivra ses contacts en ce sens. De manière plus générale, la situation des droits de l'homme est suivie avec la plus grande attention par la France ainsi que ses partenaires européens. Nous évoquons le sujet des droits de l'homme à titre bilatéral mais également dans le cadre du dialogue entre l'Union européenne et la Chine sur les droits de l'homme. La dernière session de ce dialogue bi-annuel a eu lieu le 14 mai en Slovénie, où la question de la situation au Tibet a été abordée.