Allez au contenu, Allez à la navigation

Répartition et charge des heures de cours dans les lycées

13e législature

Question écrite n° 04017 de M. Roland Courteau (Aude - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 10/04/2008 - page 700

M. Roland Courteau attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale sur la répartition et le nombre particulièrement important des heures de cours dans les lycées.

Ainsi, l'on peut constater que le nombre d'heures de cours, sur une semaine, et pour un élève de 1ère STI s'élève à 38 heures.

Il lui fait, en outre remarquer que certaines journées de cours débutent le matin à 8 heures précises, jusqu'à 13 heures et reprennent à 14 heures pour se terminer à 18 h avec, comme l'on peut le constater, une seule pose de 60 mn seulement, pour le déjeuner.

De plus, il lui précise que le lever pour l'élève résidant en zone rurale ne peut s'effectuer au plus tard, que vers 5 h 45 du matin… pour un retour le soir, à son domicile, par le bus scolaire à une heure avoisinant les 19 h 30.

Il lui fait donc part des conditions de vie extrêmement « rudes » des lycéens, dans certaines sections des lycées et s'inquiète des conséquences sur leur santé, de tels rythmes scolaires, avec parfois, des journées de cours de l'ordre de 9 heures.

On peut s'interroger également, sur le temps disponible dont ils peuvent disposer, le soir, une fois rentrés chez eux, pour effectuer leurs révisions ou travaux scolaires, et par voie de conséquence, sur la durée de leur temps de récupération la nuit.

Il lui demande donc, s'il considère comme acceptables de telles conditions de travail infligées à des adolescents de 16 à 18 ans pour effectuer leurs études, en comparaison de celles imposées au monde des adultes, au plan professionnel.



Réponse du Ministère de l'éducation nationale

publiée dans le JO Sénat du 21/08/2008 - page 1670

La lourdeur des horaires de cours des lycéens, bien mise en valeur par les comparaisons internationales, est un constat préoccupant. C'est un des problèmes qui devra être pris en compte par la réflexion engagée par le ministre de l'éducation nationale sur la nouvelle organisation des études au lycée. M. Xavier Darcos a signé le 11 juin dernier avec les principaux syndicats d'enseignants un document définissant les points de convergence sur les grands objectifs et les principes de la future réforme du lycée général et technologique qui doit entrer en vigueur à compter de la rentrée 2009 en classe de seconde, de la rentrée 2010 en classe de première et de la rentrée 2011 en classe terminale. Le souhait du ministre a été de dégager un large consensus sur les lignes directrices d'une rénovation du lycée : mieux préparer les lycéens à la poursuite d'études dans l'enseignement supérieur, donner à tous les élèves d'égales chances de réussite en réduisant le poids des déterminismes sociaux, permettre à chacun de mieux choisir son orientation, donner de nouveaux espaces d'autonomie aux établissements. Ces objectifs impliquent un nécessaire réaménagement du temps scolaire et une réorganisation des études favorisant l'autonomie dans le travail et l'esprit d'initiative.