Allez au contenu, Allez à la navigation

Statut universitaire des enseignants de médecine générale

13e législature

Question écrite n° 04698 de M. René-Pierre Signé (Nièvre - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 05/06/2008 - page 1095

M. René-Pierre Signé appelle l'attention de Mme la ministre de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative sur la situation inquiétante, qu'elle connaît déjà, de la démographie médicale qui réduit l'accès aux soins de la population. Cette situation est aggravée par l'absence de mesures pour l'enseignement de la médecine générale à l'université, ce qui conduit à détourner les étudiants de la discipline et à décourager les enseignants. Les enseignants de médecine générale devaient bénéficier d'un statut d'universitaire qui leur manquait. Chacun sait que la formation initiale des médecins généralistes est le premier domaine où des mesures urgentes s'imposent pour arrêter l'inéluctable baisse démographique. Or, il semblerait qu'il n'y ait aucun titulaire dans cette discipline dix-huit mois après la création d'une option médecine générale au sein du Conseil national des universités. Les premières nominations seraient reportées à 2009. Seuls trois équivalents temps plein, soit huit créations de postes d'associés, sont prévus à la rentrée prochaine pour toute la France, ce qui ne satisfait pas les promesses qui ont été faites. Il lui demande si l'on peut espérer que la reconnaissance d'un statut universitaire aux enseignants de médecine générale soit effective et qu'elle débouche sur des mesures concrètes et appréciables.



Réponse du Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative

publiée dans le JO Sénat du 30/10/2008 - page 2189

La mise en place de la filière universitaire de médecine générale est une des conclusions importantes des états généraux de l'organisation de la santé (EGOS). La ministre de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative travaille très activement, avec le concours du ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche, au déploiement de cette filière dès la rentrée 2009, la loi votée au Parlement à l'unanimité le 29 janvier 2008 ayant permis d'en fixer le cadre légal. Dès 2008, des postes de chefs de clinique ont été ouverts en médecine générale. Ce mouvement va être amplifié et encadré pour que la discipline universitaire de médecine générale prenne toute la place qui doit être la sienne et renforce ainsi la médecine générale de premier recours comme pierre angulaire du système de santé.