Allez au contenu, Allez à la navigation

Continuité territoriale : obstacles rencontrés dans les liaisons comportant des escales à l'étranger

13e législature

Question écrite n° 04733 de M. Christian Cointat (Français établis hors de France - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 05/06/2008 - page 1093

Monsieur Christian Cointat expose à Monsieur le secrétaire d'État chargé de l'outre-mer que la réponse à sa question écrite n° 02472 relative au même objet ne couvre pas l'ensemble du problème exposé. Si en effet, les conditions d'accueil lors d'une escale à Los Angeles dans la liaison Papeete Paris relèvent strictement des autorités américaines, et s'il apparaît, au vu de la réponse, qu'il ne semble pas envisageable que l'administration américaine modifie le dispositif actuellement en place, il était demandé si la solution ne serait pas pour une liaison directe entre Paris et Papeete aller et retour où l'escale n'est indispensable que pour des raisons techniques, de prévoir un aéroport hors du territoire américain. De nombreuses possibilités existent notamment dans les Antilles françaises ou à Panama qui est un important « Hub » aéroportuaire en Amérique centrale et dont le pays est en pleine expansion économique.



Réponse du Secrétariat d'État chargé de l'outre-mer

publiée dans le JO Sénat du 04/09/2008 - page 1784

Si la liaison entre Tahiti et la métropole comporte bien une escale pour des raisons techniques, le choix de l'emplacement de cette escale est économique et commercial et relève de la seule appréciation des transporteurs aériens. Le seul trafic entre Tahiti et la métropole ne permettrait pas d'assurer une recette suffisante, sauf à réduire considérablement l'offre. La viabilité économique globale de la ligne requiert un complément de recette grâce au trafic à destination et en provenance de l'escale choisie. Ainsi, grâce à l'escale de Los Angeles, la compagnie Air Tahiti Nui commercialise des vols entre Paris et Los Angeles et des vols entre Los Angeles et Papeete. Ces billets complémentaires représentent en fait la majorité de la recette de la compagnie. Sans ces recettes, la compagnie serait contrainte de réduire son programme de vols et d'augmenter ses tarifs. Une escale comme Los Angeles contribue ainsi au maintien de fréquences quotidiennes et d'une concurrence favorable à la modération des prix. En outre, aucune autre escale que Los Angeles n'apporte un tel compromis entre positionnement géographique et intérêt économique, et ce malgré les fortes contraintes de sûreté imposées par l'aéroport et les autorités américaines. Il est du reste probable que si une alternative pertinente existait, la compagnie l'aurait au moins testée.