Allez au contenu, Allez à la navigation

Application de la loi n° 2008-112 relative aux personnels enseignants de médecine générale

13e législature

Question écrite n° 04742 de Mme Michèle André (Puy-de-Dôme - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 05/06/2008 - page 1095

Mme Michèle André attire l'attention de Mme la ministre de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative sur l'application de le loi n° 2008-112 relative aux personnels enseignants de médecine générale.
Contactée par nombre de médecins généralistes de son département, elle souhaite relayer leur inquiétude auprès de madame la ministre. Les décrets relatifs à cette loi n'étant pas encore publiés, la nomination des premiers titulaires ne pourra s'effectuer vraisemblablement qu'à la rentrée 2009 alors même que les besoins en enseignants de médecine générale sont déjà très importants. Ils ne comprennent pas que le ratio enseignants/étudiants soit si faible et doutent dans ces conditions des capacités à apporter une formation de valeur. Ils estiment nécessaire la création immédiate de 40 postes pour la rentrée à venir.
Consciente du partage de compétence entre le ministère de la santé et celui de l'enseignement supérieur, elle espère que madame la ministre pourra œuvrer activement pour que dès aujourd'hui cet enseignement, si nécessaire, puisse se faire dans les meilleures conditions possibles.



Réponse du Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative

publiée dans le JO Sénat du 30/10/2008 - page 2189

La mise en place de la filière universitaire de médecine générale est une des conclusions importantes des états généraux de l'organisation de la santé (EGOS). La ministre de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative travaille très activement, avec le concours du ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche, au déploiement de cette filière dès la rentrée 2009, la loi votée au Parlement à l'unanimité le 29 janvier 2008 ayant permis d'en fixer le cadre légal. Dès 2008, des postes de chefs de clinique ont été ouverts en médecine générale. Ce mouvement va être amplifié et encadré pour que la discipline universitaire de médecine générale prenne toute la place qui doit être la sienne et renforce ainsi la médecine générale de premier recours comme pierre angulaire du système de santé.