Allez au contenu, Allez à la navigation

Incidence des prix du carburant sur les entreprises de travaux agricoles

13e législature

Question écrite n° 04837 de Mme Gisèle Printz (Moselle - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 19/06/2008 - page 1185

Mme Gisèle Printz attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture et de la pêche sur les craintes des entrepreneurs de travaux agricoles face à la hausse des prix du carburant.

En effet, alors que débute la saison des récoltes, la situation devient très difficile pour ces professions qui sortent d'une longue période de stagnation des prix agricoles et forestiers et qui, dès 2005, avaient montré la voie à suivre en matière d'économie d'énergie.

Compte tenu des proportions que prennent les hausses successives des prix du carburant, il devient de plus en plus difficile de les répercuter sur les clients, les conséquences sont donc très graves pour la profession dont l'activité et les emplois sont aujourd'hui menacés.

Elle lui demande donc quelles mesures le Gouvernement entend mettre en œuvre permettant l'instauration « d'aides durables » quel que soit le prix du gazole, dans les mois à venir.



Réponse du Ministère de l'agriculture et de la pêche

publiée dans le JO Sénat du 31/07/2008 - page 1545

Dans le contexte d'accélération actuelle de la hausse du prix des énergies fossiles, fioul et gaz naturel, le Gouvernement a décidé de reconduire pour les six premiers mois de 2008 le dispositif de remboursement partiel de la taxe intérieure sur les produits pétroliers (5 euros par hectolitre de fioul domestique gazole, 16,65 euros par tonne de fuel lourd) et de la taxe intérieure de consommation sur le gaz naturel (1,071 euro par MWh de gaz). Avec cette mesure, environ 90 % des taxes sur ces produits pétroliers seront remboursées aux agriculteurs ; ce remboursement pour les six premiers mois de 2008 constitue un effort budgétaire estimé à 76 millions d'euros. Les entreprises de travaux agricoles et forestiers sont bien entendu éligibles à ce remboursement. Il faut cependant aller plus loin en adaptant l'agriculture française à la nouvelle donne énergétique. C'est ce grand chantier que souhaite lancer le ministre de l'agriculture et de la pêche à travers un plan ambitieux de performance énergétique des exploitations agricoles qui comporte deux grands axes : l'amélioration de l'efficacité énergétique des systèmes d'exploitation, et la promotion de la production d'énergies renouvelables (biomasse, solaire, biogaz) sur les exploitations pour elles-mêmes et pour l'approvisionnement des réseaux. Il est prévu dans ce plan le diagnostic énergétique complet de 100 000 exploitations d'ici 2012 ainsi qu'un ensemble de mesures ciblées d'investissements. Aussi, dans le prolongement de la table ronde consacrée à l'énergie qui s'est tenue le 9 juin 2008, le ministre de l'agriculture et de la pêche a décidé d'installer des groupes de travail réunissant acteurs publics et privés, ainsi que les partenaires de la recherche, qui vont étudier les modalités opérationnelles et techniques de mise en oeuvre des propositions d'efficacité énergétique pour les filières agricoles. Les conclusions seront rendues au plus tard en septembre.