Allez au contenu, Allez à la navigation

Fonctionnement de l'ordre des masseurs-kinésithérapeutes

13e législature

Question écrite n° 04975 de M. Michel Teston (Ardèche - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 03/07/2008 - page 1325

M. Michel Teston appelle l'attention de Mme la ministre de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative sur les inquiétudes de nombreux kinésithérapeutes concernant l'ordre des masseurs-kinésithérapeutes mis en place par la loi n° 2004-806 du 9 août 2004.

La mise en place de cet ordre professionnel appelle deux critiques principales. Concernant l'obligation de cotisation, cette dernière s'applique de manière très inégalitaire, seuls les praticiens libéraux pouvant la déclarer en frais professionnels.

Concernant le fonctionnement même de l'ordre, les professionnels regrettent les difficultés à établir un dialogue constructif avec ses membres et ont demandé la nomination d'un médiateur.
Il souhaite connaître sa position sur cette problématique.



Réponse du Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative

publiée dans le JO Sénat du 28/08/2008 - page 1740

Le masseur-kinésithérapeute, afin d'exercer sa profession conformément aux obligations législatives prévues par le code de la santé publique, doit, d'une part, s'inscrire au tableau tenu par l'ordre national de cette profession et, d'autre part, faire enregistrer ses diplômes, titres, certificats ou autorisations auprès de la direction départementale des affaires sanitaires et sociales du département d'exercice professionnel. Ceci est la caractéristique de toutes les professions de santé disposant d'un ordre professionnel. Doté de la personnalité civile, l'ordre national est chargé par le législateur d'une mission de service public. Totalement autonome et autofinancé via le prélèvement des cotisations obligatoirement versées par les membres inscrits au tableau, il assure la défense, l'honneur, l'indépendance et la promotion de la profession. L'ordre national a quatre missions principales qu'il exerce par l'intermédiaire de ses conseils départementaux, régionaux et national, à savoir une mission administrative, une mission déontologique et éthique de la profession, une mission consultative et une mission d'entraide. Le versement de la cotisation ordinale est donc une obligation légale annuelle pour chaque masseur-kinésithérapeute inscrit au tableau, conformément à l'article L. 4321-16 du même code. La ministre de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative a bien conscience de l'effort exigé en matière de cotisation. C'est pourquoi, elle a confié à son cabinet le soin de conduire une médiation avec le conseil national de l'ordre des masseurs-kinésithérapeutes. Cette conciliation est actuellement en cours. Par ailleurs, la ministre de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative rappelle que tout masseur-kinésithérapeute qui ne s'est pas inscrit au tableau de l'ordre est en position d'exercice illégal. C'est alors au titre de complicité d'exercice illégal, dû à la non-inscription des masseurs-kinésithérapeutes employés, que l'établissement risque d'être poursuivi.