Allez au contenu, Allez à la navigation

Réglementation des épreuves d'athlétisme

13e législature

Question écrite n° 05307 de M. Jean-Pierre Sueur (Loiret - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 31/07/2008 - page 1540

M. Jean-Pierre Sueur appelle l'attention de M. le secrétaire d'État chargé des sports, de la jeunesse et de la vie associative sur les conditions dans lesquelles se déroulent les épreuves d'athlétisme lors de compétitions nationales et internationales. Des accidents - très pénalisants pour les athlètes qui en ont été victimes – dus à la concomitance des épreuves de saut en longueur et des lancers de javelot ont déjà eu lieu. Ces accidents ont d'ailleurs conduit la Fédération Internationale d'Athlétisme à préconiser en mars dernier de ne pas programmer simultanément des épreuves de lancer de javelot et de marteau dans les stades où les sautoirs se trouvent à l'intérieur de la piste. Or, il ne semble pas que les précautions qui apparaissent nécessaires soient toujours prises par les organisateurs de manifestations nationales et internationales d'athlétisme. C'est ainsi que lors des championnats de France d'athlétisme, à Albi, le 26 juillet 2008, les épreuves du lancer de marteau avaient lieu en même temps que les épreuves de saut en longueur. Il lui demande quelles dispositions concrètes il compte prendre pour proscrire la concomitance d'épreuves susceptible de causer des accidents et pour veiller à ce que les règles qui seront édictées à cet égard soient effectivement appliquées.



Réponse du Secrétariat d'État chargé des sports

publiée dans le JO Sénat du 28/05/2009 - page 1344

Les articles L. 131-16 et L. 331-1 du code du sport prévoient que les fédérations délégataires édictent les règlements et règles techniques relatifs à l'organisation de toutes les manifestations sportives dont elles ont la charge. Concernant l'organisation d'épreuves d'athlétisme nationales, il revient à la fédération délégataire (Fédération française d'athlétisme) d'édicter une règlementation permettant d'assurer la sécurité des athlètes et aux organisateurs de veiller à son respect. Il existe certaines règles techniques permettant de limiter les risques d'accident lors des épreuves de lancer du type de celui subi par M. Sdiri, sauteur en longueur, lors du meeting de Rome en juillet 2007. Par exemple, pour le marteau et le disque sont définis des « secteurs de risque » calculés en degré à partir de l'aire de lancer (53° à partir de la cage pour le lancer du marteau ; 69° pour le lancer du disque), et il convient d'orienter la cage de façon, que les athlètes d'une autre discipline n'effectuent pas leur épreuves dans ce secteur. Concernant le lancer de javelot, la réglementation précise que la position et l'orientation des pistes d'élan ainsi que le secteur de chute doivent être soigneusement étudiés pour que le lancer soit réalisé en toute sécurité. Il revient ainsi aux organisateurs d'étudier les possibilités de concomitance de certaines épreuves avec les lancers longs (javelot, marteau, disque) en tenant compte de l'orientation des aires de lancer et de l'horaire des épreuves. La décision de programmer en même temps le saut en longueur et le marteau lors des Championnats de France d'Albi, en juillet 2008, a été prise dans le respect des principes susénoncés afin de limiter les risques dans la pratique d'un sport aux multiples disciplines qui doivent cohabiter le mieux possible.