Allez au contenu, Allez à la navigation

Syndrome d'effondrement des colonies d'abeilles

13e législature

Question écrite n° 05509 de M. Jean-Marc Pastor (Tarn - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 11/09/2008 - page 1802

M. Jean-Marc Pastor attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture et de la pêche sur le syndrome d'effondrement des colonies d'abeilles qui génère de lourdes pertes et dont les conséquences sont potentiellement dramatiques. Eu égard au rôle des abeilles en tant que polinisatrices et bio-indicatrices de l'état de l'environnement, ce syndrome préoccupe les apiculteurs mais aussi les écologues et les scientifiques.

Plusieurs hypothèses sont évoquées pour tenter d'expliquer ce phénomène : virus, pesticides, parasites, prédateurs, ondes électromagnétiques, OGM…

Au delà de la préparation phytopharmaceutique Cruiser que le Gouvernement vient d'autoriser dans le cadre de la procédure de la reconnaissance mutuelle, il lui demande de bien vouloir lui apporter des éclaircissements sur ce syndrome.



Réponse du Ministère de l'agriculture et de la pêche

publiée dans le JO Sénat du 04/12/2008 - page 2422

On constate depuis plusieurs années une surmortalité des abeilles dans l'ensemble des grands pays producteurs de miel. Le rapport pour une apiculture durable rendu en octobre au Premier ministre par M. Saddier, député de la Haute-Savoie, montre que les causes de mortalité des abeilles peuvent être multiples. Les pistes couramment évoquées sont par exemple la diminution des capacités mellifères des plantes cultivées, le fauchage précoce et les facteurs climatiques. Des problèmes sanitaires sont également à l'origine des mortalités. La varroase touche largement les ruchers français qui ne bénéficient pas toujours des traitements vétérinaires adaptés. Les abeilles sont de plus victimes d'infestations par des parasites. L'espèce est par ailleurs victime de la prédation d'un frelon d'origine asiatique récemment apparu sur le territoire français. L'exposition à la pollution et aux produits phytosanitaires sont également des causes évoquées pour expliquer les mortalités d'abeilles. Le caractère multifactoriel de la mortalité des abeilles met en avant la nécessité de suivre cette problématique de façon globale. Une étude en cours de l'Agence française de la sécurité sanitaire des aliments (AFSSA) devrait permettre d'effectuer un état des lieux très prochainement. Le rapport de M. Saddier recommande notamment la création d'une plate-forme de travail selon le modèle du comité opérationnel du Grenelle de l'environnement agriculture et alimentation biologiques qui regrouperait l'ensemble des acteurs de la filière. Cette plate-forme qui se réunira en décembre favorisera dans ce cadre la mise en place d'un « Institut technique et scientifique de l'abeille », organe chargé d'élaborer et d'analyser les programmes de recherche de la filière et de proposer leur financement. Le ministre de l'agriculture et de la pêche a par ailleurs annoncé la nomination d'un « Monsieur Abeille », Jean-Pierre Comparot, chargé de la coordination des administrations sur ces sujets transversaux.