Allez au contenu, Allez à la navigation

Prestation départ à la retraite des agents hospitaliers

13e législature

Question écrite n° 05754 de M. Bernard Fournier (Loire - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 09/10/2008 - page 2017

M. Bernard Fournier attire l'attention de Mme la ministre de l'économie, de l'industrie et de l'emploi au sujet de l'exonération fiscale de la prestation départ à la retraite des agents hospitaliers. En effet, les personnels hospitaliers bénéficient lors de leur départ à la retraite d'une prestation versée par le comité de gestion des oeuvres sociales (CGOS) d'un montant actuel de 48,50 euros par année de service. C'est la seule prime de départ qu'ils reçoivent. Elle est donc toujours d'un montant inférieur au plafond de 3 050 euros défini par l'article 81-22 du code général des impôts et devrait ainsi être exonérée de tout prélèvement lors de l'imposition sur le revenu. Jusqu'à maintenant le CGOS déclarait la somme versée et précisait aux bénéficiaires qu'ils devaient l'inscrire eux-mêmes. Certains acceptaient la somme préimprimée, d'autres la contestaient et la rayaient. Or les services fiscaux eux-mêmes ont des interprétations diverses. Certains acceptent la déduction, d'autres la refusent en prétextant par exemple que c'est une retraite complémentaire imposable. Les démarches de l'Association nationale des hospitaliers retraités auprès du CGOS ont abouti en partie puisqu'il s'oriente vers la non-déclaration des sommes pour l'avenir. Nonobstant, le problème demeure entier pour les années antérieures, au moins les trois dernières, du fait de la prescription triennale. Certains agents, souvent les plus modestes, pâtissent de cette situation En conséquence, il lui demande de bien vouloir lui préciser les intentions du Gouvernement pour mettre fin à cette situation.



Réponse du Ministère de l'économie, de l'industrie et de l'emploi

publiée dans le JO Sénat du 18/03/2010 - page 690

L'exonération d'impôt sur le revenu prévue, dans la limite de 3 050 €, par le 22° de l'article 81 du code général des impôts (CGI) en faveur des indemnités de départ volontaire à la retraite, versées en application de l'article L. 1237-9 du code du travail, a été supprimée, pour les indemnités de l'espèce versées à compter du 1er janvier 2010, par l'article 100 de la loi n° 2009-1673 du 30 décembre 2009 de finances pour 2010. Cette exonération constituait une exception au principe d'imposition des allocations et indemnités versées par l'employeur prévu par les articles 79 et 82 du CGI. Cette suppression rétablit l'équité fiscale entre les salariés de droit privé et les agents des trois fonctions publiques qui n'étaient pas susceptibles de bénéficier de cette exonération partielle. En effet, les agents de la fonction publique qui relèvent, d'une manière générale, du statut général de la fonction publique ne sont pas soumis au code du travail. Ils ne bénéficient donc pas de l'indemnité de départ à la retraite prévue à l'article L. 1237-9 précité du code du travail. S'agissant des agents de la fonction publique hospitalière, la « prestation de départ à la retraite » dont ils bénéficient, notamment à l'occasion de leur départ à la retraite, est versée par le Comité de gestion des oeuvres sociales des établissements hospitaliers (CGOS) et non par leur employeur. Au titre de l'année 2009 et des années antérieures, cette prestation ne pouvait donc pas bénéficier de l'exonération prévue au 22° de l'article 81 du CGI.