Allez au contenu, Allez à la navigation

Devenir de l'enseignement des sciences économiques et sociales

13e législature

Question écrite n° 05837 de Mme Christiane Demontès (Rhône - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 16/10/2008 - page 2055

Mme Christiane Demontès attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale sur les très vives préoccupations qui se font jour concernant le devenir de l'enseignement des sciences économiques et sociales.

Sans raison aucune, le Gouvernement a choisi de contraindre le calendrier des échanges destinés à préparer la réforme du lycée. Dans ce cadre très peu propice à la transparence pourtant indispensable, les premiers échanges sur le devenir de l'enseignement des sciences économiques et sociales génèrent de nombreuses inquiétudes. Parmi celles-ci figure l'éclatement de cette discipline en de multiples modules enseignés sur un semestre. Or procéder de la sorte reviendrait à nier les contraintes propres à l'enseignement au lycée. Il en va de même du projet de « semestrialisation » de tous les enseignements du cycle terminal. Ce choix s'apparenterait au dépeçage des disciplines actuelles du lycée pour les éclater dans des modules semestriels de trois heures …

Alors qu'il est avéré que la filière « économie » peut être d'excellence, et à l'heure où le Gouvernement laisse entendre que l'enseignement de cette science risque de disparaître, elle lui demande quelles dispositions il compte prendre afin de donner à cette réforme d'ampleur toutes les chances de réussir, notamment en respectant le temps du dialogue et de la concertation ainsi que la transparence.



Réponse du Ministère de l'éducation nationale

publiée dans le JO Sénat du 20/11/2008 - page 2328

Le contenu d'enseignement de la filière sciences économiques et sociales a été, effectivement, l'objet d'un travail d'analyse entrepris par une commission mandatée par Xavier Darcos, et présidée par Roger Guesnerie, professeur au Collège de France. Cette commission était invitée à faire toutes les propositions utiles pour améliorer la qualité des programmes. La prise en compte des préconisations de cette commission dont le travail s'est achevé en juillet 2008 devra s'inscrire dans le cadre de la réforme du lycée général et technologique qui fait l'objet actuellement de consultations approfondies avec l'ensemble des partenaires concernés. Dès que le ministre de l'éducation nationale aura pris les décisions pour le nouveau lycée, des groupes d'experts seront nommés pour concevoir les nouveaux programmes dans toutes les disciplines, dont les sciences économiques et sociales.