Allez au contenu, Allez à la navigation

Passeport de service pour les élus à l'Assemblée des Français de l'étranger

13e législature

Question écrite n° 05942 de M. Robert del Picchia (Français établis hors de France - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 23/10/2008 - page 2096

M. Robert del Picchia attire l'attention de M. le ministre des affaires étrangères et européennes sur le passeport de service délivré aux conseillers à l'Assemblée des Français de l'étranger (AFE). À l'arrivée en France, il est advenu à plusieurs reprises qu'un conseiller se soit vu exiger un ordre de mission par la police de l'air et des frontières de l'aéroport Charles de Gaulle, alors qu'il présentait son passeport de service. Il lui demande si un élu à l'AFE, lorsqu'il arrive en France, c'est-à-dire dans son propre pays, est tenu de présenter aux personnels de police, en plus de son passeport de service, un document justificatif, et si oui lequel.



Réponse du Ministère des affaires étrangères et européennes

publiée dans le JO Sénat du 26/03/2009 - page 759

L'honorable parlementaire a bien voulu attirer l'attention du ministre des affaires étrangères et européennes sur le contrôle du passeport de service des conseillers à l'Assemblée des français à l'étranger, en lui indiquant que des effectifs de la direction de la police aux frontières de Roissy - Charles-de-Gaulle ont exigé, à plusieurs reprises, des élus de l'Assemblée des Français de l'étranger munis d'un passeport de service, de présenter un ordre de mission. Les vérifications minimales prévues par l'article 7 du code frontières Schengen sur les personnes jouissant du droit communautaire à la libre circulation ont vocation à établir l'identité du titulaire sur présentation du document de voyage en cours de validité. Les dispositions du CESEDA (art. R. 121-1) prévoient, en outre, que tout citoyen de l'Union européenne, « muni d'une carte d'identité ou d'un passeport en cours de validité est admis sur le territoire français ». De fait, la seule production d'un passeport de service, délivré en l'espèce par les autorités françaises à des fins professionnelles, est de nature à octroyer à son titulaire la qualité de bénéficiaire à la libre circulation sur le territoire français et tout l'espace Schengen. Par conséquent, les services chargés du contrôle transfrontalier ne peuvent exiger de justifier l'utilisation d'un passeport de service par un ordre de mission à un ressortissant français, détenteur du droit communautaire à la libre circulation. Des instructions seront transmises dans ce sens au service concerné.