Allez au contenu, Allez à la navigation

Protection des enfants sur Internet

13e législature

Question d'actualité au gouvernement n° 0198G de Mme Brigitte Bout (Pas-de-Calais - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 28/11/2008

Ma question s'adresse à Mme la secrétaire d'État chargée de la famille.

Madame la secrétaire d'État, deux faits marquants ont ponctué l'actualité de la semaine dernière.

Le 20 novembre, jour anniversaire de la signature de la Convention internationale des droits de l'enfant, le Conseil supérieur de l'audiovisuel, le CSA, a lancé à vos côtés une campagne sur la signalétique à destination de la jeunesse. Il s'agit des petits signes qui apparaissent sur nos écrans pour indiquer que tel ou tel programme télévisé est déconseillé aux enfants âgés de moins de dix ans ou de moins de douze ans.

Puis, le 22 novembre, vous avez lancé un clip de sensibilisation aux dangers potentiels d'internet, qui est d'ailleurs fort émouvant.

M. Jean-Louis Carrère. Ce n'est plus une question, c'est la brosse à reluire !

Mme Brigitte Bout. Mon cher collègue, il s'agit, me semble-t-il, d'un sujet sérieux ! Cela mérite mieux que des ricanements !

M. Alain Fouché. Très bien !

Mme Brigitte Bout. Malheureusement, une telle démarche a coïncidé avec un nouveau fait divers mettant en scène un pédophile ayant pris contact sur internet avec une adolescente de quatorze ans, qui a été retrouvée la semaine dernière à Nevers. Cela fait suite à une série d'autres faits divers, de fugues, voire de suicides, provoqués par internet.

Dans ces conditions, madame la secrétaire d'État, pouvez-vous nous expliquer le sens que vous souhaitez donner à cette campagne ? (Applaudissements sur les travées de l'UMP et sur plusieurs travées de l'Union centriste.)

M. Simon Sutour. Encore une question téléphonée !

M. le président. La parole est à Mme la secrétaire d'État.



Réponse du Secrétariat d'État chargé de la famille

publiée dans le JO Sénat du 28/11/2008 - page 7767

Mme Nadine Morano, secrétaire d'État chargée de la famille. Madame la sénatrice, je vous remercie de m'avoir interrogée sur un sujet qui pourrait, à mon sens, réunir l'ensemble du Sénat.

M. Charles Revet. En tout cas, qui devrait !

Mme Nadine Morano, secrétaire d'État. En effet, la protection de nos enfants sur internet est un problème qui nous interpelle véritablement. D'ailleurs, nous sommes très mobilisés sur cette question.

Il ne s'agit pas d'un sujet franco-français. Le 18 septembre dernier, j'ai réuni à Paris les vingt-sept ministres en charge de la famille de l'Union européenne. Nous avons consacré une séance de travail à la sécurité de nos enfants sur internet. Nous avons décidé de dégager des pistes communes de travail et, surtout, de prendre des mesures de prévention, de protection et de sensibilisation des parents, à commencer par la diffusion d'un clip sur les dangers d'internet.

Les chiffres que vous avez rappelés sont exacts, et ils sont graves. Ainsi, lorsque nous avons sélectionné un panel de 1 600 collégiens, nous avons constaté que 90 % d'entre eux avaient été confrontés à des images violentes, dégradantes ou pornographiques. Nous le voyons bien, il faut intervenir.

Le clip mettra évidemment en scène les éléments les plus dangereux d'internet, notamment les jeux violents en ligne, la pornographie et la pédophilie. Il sera traduit dans les langues des vingt-sept pays de l'Union et diffusé sur l'ensemble du territoire européen.

M. René-Pierre Signé. Quelle efficacité ?

Mme Nadine Morano, secrétaire d'État. Je profite de l'occasion qui m'est offerte pour remercier devant le Sénat l'ensemble des acteurs qui se sont associés à cette démarche. Je pense notamment au CSA, à l'Union européenne, mais également à l'ensemble des chaînes de télévision qui, parce qu'il s'agit d'un enjeu d'intérêt national majeur, diffuseront ce clip gratuitement à l'approche des fêtes de fin d'année. En effet, c'est au moment où les parents achètent le plus d'ordinateurs que nous nous adresserons à eux, afin de les inciter à activer le contrôle parental et à ne pas laisser sans surveillance les enfants qui se connectent à internet.

Autrefois, nous mettions nos enfants en garde contre les dangers extérieurs à la maison. Aujourd'hui, il faut savoir que certains dangers potentiels sont à l'intérieur. Il s'agit donc d'une campagne importante. Ne l'oublions pas, 62 % des parents ignorent que leur enfant tient un blog sur internet.

Par ailleurs, lors de la publication des nouveaux programmes, M. Xavier Darcos, ministre de l'éducation nationale, et moi-même avons fait éditer et distribuer à 4,5 millions d'exemplaires une plaquette d'information destinée aux parents d'enfants scolarisés dans le primaire. (M. le ministre de l'éducation national acquiesce.)

Vous le voyez, la mobilisation du Gouvernement sur le sujet est totale. Je pense que l'ensemble du Sénat doit soutenir ces initiatives. La protection des enfants n'est ni de gauche ni de droite ; elle relève de la responsabilité des adultes ! (Applaudissements sur les travées de l'UMP et de l'Union centriste. – M. Bernard Piras applaudit également.)