Allez au contenu, Allez à la navigation

Devenir de l'enseignement des sciences de la vie et de la terre

13e législature

Question écrite n° 06191 de Mme Catherine Tasca (Yvelines - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 13/11/2008 - page 2255

Mme Catherine Tasca appelle l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale sur le devenir de l'enseignement des sciences et vie de la terre (SVT) pour les élèves de seconde dans le cadre de la réforme du lycée.
De ce projet de réforme, il ressort la volonté de dispenser à tous les élèves un enseignement des fondamentaux, au titre de la culture commune, où la science se voit restreinte aux seules mathématiques. Ainsi, sur les 18 modules suivis pendant l'année scolaire, 11 devraient appartenir au tronc commun des enseignements fondamentaux et 4 constitueraient des modules dits d'exploration parmi lesquels celui de l'enseignement des sciences de la vie et de la terre.
Le retrait de cet enseignement des fondamentaux engendre une grande inquiétude de la part des enseignants pour lesquels cette discipline permet un éveil indispensable aux enjeux environnementaux, énergétiques et alimentaires, crée des vocations parmi les jeunes et constitue indiscutablement un réservoir d'emplois diversifiés pour des secteurs qui sont au coeur de l'innovation scientifique et technologique et donc de la croissance.
Elle lui demande en conséquence de reconsidérer la place accordée à l'enseignement des sciences de la vie et de la terre dans l'organisation des enseignements de la classe de seconde nouvelle pour l'intégrer dans les matières faisant partie du tronc commun, place qu'il occupe actuellement.



Réponse du Ministère de l'éducation nationale

publiée dans le JO Sénat du 04/12/2008 - page 2431

Le 21 octobre dernier, le ministre de l'éducation nationale a présenté la nouvelle organisation des enseignements de la classe de seconde qui comportera trois grands ensembles : des enseignements généraux de tronc commun, sur une durée totale de 21 heures : le français, les mathématiques, deux langues vivantes obligatoires, l'histoire-géographie, les sciences expérimentales et l'éducation physique et sportive ; six heures d'enseignements complémentaires proposés sous forme de modules à choisir parmi les domaines suivants : humanités, sciences, sciences de la société et technologies ; un accompagnement personnalisé de trois heures hebdomadaires. Les sciences expérimentales, qui concernent aussi bien la physique-chimie que les sciences de la vie et de la terre, restent donc un enseignement obligatoire en classe de seconde. Elles peuvent également être choisies par les élèves dans le cadre des enseignements complémentaires.