Allez au contenu, Allez à la navigation

Mandataires judiciaires

13e législature

Question écrite n° 06240 de Mme Christiane Hummel (Var - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 20/11/2008 - page 2310

Mme Christiane Hummel attire l'attention de Mme la garde des sceaux, ministre de la justice sur les difficultés posées par l'obligation qu'ont les établissements publics en charge des majeurs protégés de créer un ou plusieurs postes de mandataires judiciaires sans toutefois disposer des moyens nécessaires à la création de ces postes. Aussi, elle lui demande de bien vouloir examiner la possibilité d'harmonisation des financements des mandataires judiciaires, afin que les établissements publics bénéficient eux aussi d'un financement spécifique grâce à la dotation globale de financement.


Transmise au Ministère du travail, des relations sociales, de la famille, de la solidarité et de la ville



Réponse du Ministère du travail, des relations sociales, de la famille, de la solidarité et de la ville

publiée dans le JO Sénat du 06/08/2009 - page 1952

La loi n° 2007-308 du 5 mars 2007 portant réforme de la protection juridique des majeurs impose aux établissements de santé dispensant des soins de longue durée ou des soins psychiatriques, dès lors que leur capacité d'hébergement dépasse un certain seuil fixé par décret, de désigner un ou plusieurs mandataires judiciaires à la protection des majeurs. Le texte en cours de rédaction prévoit un seuil de 100 000 journées, s'agissant de la psychiatrie ; 55 000 journées, en ce qui concerne les soins de longue durée. Antérieurement à l'entrée en vigueur de cette réforme au 1er janvier dernier, les établissements de santé désignés par la loi précitée du 5 mars 2007 exerçaient déjà la mission de gestion des tutelles hospitalières et avaient ainsi créé des postes de mandataires judiciaires. Toutefois, ces postes étaient en partie financés par les mesures de tutelles ou de curatelles d'État, à hauteur de 2 millions d'euros environ. Ce type de mesure étant supprimé dans le cadre de la réforme, la loi prévoit désormais que, s'agissant des établissements psychiatriques, cette charge est financée par la dotation annuelle de financement, après prélèvement sur les ressources des majeurs (article L. 361-1, II du code de l'action sociale et des familles). Au titre de l'année 2009, la circulaire DHOS/F2/F3/F1/DSS/1A/2009/78 du 17 mars 2009 relative à la campagne tarifaire des établissements de santé affecte un montant de 7 millions d'euros, réparti entre les régions au prorata de l'activité en psychiatrie. Ce montant est destiné à couvrir, non seulement la perte du financement État précité, mais également les surcoûts liés à la mise en oeuvre des nouvelles dispositions de la loi, et notamment le renforcement des normes et des conditions de gestion de la tutelle ; l'élévation des exigences en matière de compétences demandées aux agents concernés, ce qui va essentiellement entraîner des formations pour les agents en place. Concernant les établissements gérant des soins de longue durée, les nouvelles charges exposées par ces établissements (également minorées du prélèvement opéré sur les ressources des majeurs), seront financées par le biais de la hausse des tarifs d'hébergement (prévue par l'article R. 314-182 du code de l'action sociale et des familles).