Allez au contenu, Allez à la navigation

Promotion des femmes et politique de développement

13e législature

Question d'actualité au gouvernement n° 0217G de Mme Joëlle Garriaud-Maylam (Français établis hors de France - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 19/12/2008

Mme Joëlle Garriaud-Maylam. Ma question s'adresse à M. le secrétaire d'État chargé de la coopération et de la francophonie.

Monsieur le secrétaire d'État, voilà déjà une trentaine d'années que la communauté internationale a fait le constat de l'inégalité croissante entre hommes et femmes. Ce constat est plus particulièrement pertinent et alarmant dans les pays du Sud, notamment en Afrique.

Je citerai seulement quelques chiffres : les femmes africaines ne bénéficient que de 10 % des richesses, de 2 % des crédits et de 5 % des terres, alors qu'elles effectuent plus de 66 % du travail et produisent plus de la moitié des richesses nationales.

De nombreux travaux universitaires et rapports d'instances internationales l'ont démontré : la réduction des inégalités entre hommes et femmes est un vecteur incontournable de développement et de croissance.

La coopération française, au travers de son action sectorielle et géographique, a les moyens d'agir dans ce domaine, sur le terrain. Nombre de nos compatriotes se sont engagés aux quatre coins du monde, avec talent et détermination, dans des actions de coopération.

Grâce à son expertise projet, la France doit promouvoir les femmes en tant qu'actrices du développement, notamment par l'octroi de microcrédits, mais aussi et surtout par l'éducation des enfants et des jeunes filles.

Cela est d'autant plus important que la France est porteuse de valeurs et a signé des engagements internationaux très importants en ce sens, tels que les huit objectifs du millénaire pour le développement.

Monsieur le secrétaire d'État, dès votre prise de fonctions, vous avez souhaité placer l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes au cœur de votre action.

Aussi souhaiterais-je connaître les mesures que vous avez prises et celles que vous comptez prendre en ce sens. (Applaudissements sur les travées de l'UMP.)

M. le président. La parole est à M. le secrétaire d'État.



Réponse du Secrétariat d'État chargé de la coopération et de la francophonie

publiée dans le JO Sénat du 19/12/2008 - page 9200

M. Alain Joyandet, secrétaire d'État chargé de la coopération et de la francophonie. Madame la sénatrice, permettez-moi tout d'abord de vous remercier de votre implication personnelle dans la cause que vous défendez.

Il est bon que nous posions la question de la solidarité envers les pays du Sud dans le contexte de crise internationale que nous connaissons. En cette période où nous parlons beaucoup de politique intérieure, le Président de la République a réaffirmé à Doha que les pays du Sud ne devaient pas subir plus encore que d'autres les conséquences de la crise financière.

En réponse à la question précise que vous avez posée, je vous indique que M. le Premier ministre a souhaité, afin que nous puissions respecter nos engagements, que la question du genre fasse l'objet d'un traitement adéquat au sein de notre politique de coopération. Nous allons donc consacrer spécifiquement 20 millions d'euros à cette fin, s'agissant en particulier de la place des femmes dans la société africaine.

Comment ne pas penser, à cet instant, à ces femmes africaines remarquables que j'ai pu rencontrer, notamment dans l'immense bidonville de Kibera, près de Nairobi, où vivent 800 000 personnes ? Elles tiennent la société à bout de bras, en particulier en œuvrant dans le domaine de l'agriculture urbaine.

Ce sont de telles opérations spécifiques que nous allons financer, madame la sénatrice. Toute politique de coopération comportera une dimension relative à la question du genre, à la place de la femme.

Je citerai, à titre d'exemple, deux projets majeurs que nous allons soutenir : celui de la maternité de Kaboul et les opérations d'assainissement prises en charge par des femmes, comme au Burkina Faso. Trente de nos ambassades au minimum, notamment en Afrique, disposeront d'une enveloppe spécifique leur permettant de lancer des appels à projets mettant en valeur le rôle des femmes.

Les femmes, en particulier en Afrique subsaharienne, sont le support de la société. Elles sont victimes, mais très valeureuses. Ainsi, 90 % des microcrédits sont souscrits par des femmes, 95 % des mensualités de remboursement étant honorées tout à fait normalement.

Vous avez donc raison, madame la sénatrice, d'affirmer que nous devons prêter une attention toute particulière aux femmes au travers de nos politiques de développement. C'est la volonté du Gouvernement, et c'est ce que nous faisons. J'ai ainsi annoncé, ce matin, la mise en œuvre d'actions très concrètes en ce sens. Il ne faut jamais oublier que l'avenir du continent africain passe par les femmes. (Applaudissements sur les travées de l'UMP et sur certaines travées de l'Union centriste.)