Allez au contenu, Allez à la navigation

Réforme des écoles primaires et maternelles

13e législature

Question d'actualité au gouvernement n° 0220G de Mlle Sophie Joissains (Bouches-du-Rhône - UMP)

publiée dans le JO Sénat du 19/12/2008

Mlle Sophie Joissains. Ma question s'adresse à M. le ministre de l'éducation nationale. (M. Jean-Pierre Raffarin applaudit.)

Monsieur le ministre, vous avez récemment affirmé devant notre assemblée que vos propos sur l'école maternelle avaient été volontairement sortis de leur contexte, afin de vous faire dire l'inverse de ce que vous aviez effectivement déclaré. (Exclamations sur les travées du groupe socialiste et du groupe CRC-SPG.)

M. Xavier Darcos, ministre. Absolument !

M. Jacques Mahéas. Il ne fallait pas les prononcer !

M. Jean-Pierre Sueur. C'est téléphoné !

Mlle Sophie Joissains. Je connais votre attachement à l'école maternelle et votre respect de ceux qui y enseignent.

M. René-Pierre Signé. La question a été rédigée par Xavier Darcos !

Mme Nicole Borvo Cohen-Seat. C'est la distribution des prix !

Mlle Sophie Joissains. Cependant, et malgré les précisions que vous avez apportées, je constate chaque jour dans mon département l'ampleur des craintes suscitées par cette entreprise de désinformation.

Ces craintes reposent notamment sur l'idée que vous voudriez porter atteinte à l'école maternelle en réduisant d'une année le cycle des apprentissages premiers, dont vous venez pourtant d'écrire le programme.

M. René-Pierre Signé. C'est sans intérêt !

M. Jean-Pierre Sueur. C'est téléphoné !

Mlle Sophie Joissains. Monsieur le ministre, ma question sera très simple : pouvez-vous nous dire quelle place vous accordez à l'école maternelle dans votre réforme de l'école primaire et quels sont vos projets pour elle ? (Bravo ! et applaudissements sur les travées de l'UMP.)

M. Jean-Pierre Sueur. La question était inattendue !

M. le président. La parole est à M. le ministre.



Réponse du Ministère de l'éducation nationale

publiée dans le JO Sénat du 19/12/2008 - page 9203

M. Xavier Darcos, ministre de l'éducation nationale. Madame la sénatrice, je comprends l'émotion qu'a pu susciter, au sein des familles et du monde éducatif, un enregistrement vidéo tronqué faisant dire au ministre de l'éducation nationale qu'il veut supprimer l'école maternelle,…

Mme Nicole Borvo Cohen-Seat. C'est effectivement ce que vous voulez !

M. Xavier Darcos, ministre. … alors qu'il a déclaré le contraire, et donnant à accroire que, bien qu'il soit père et grand-père et qu'il ait eu longuement à s'occuper des questions d'éducation dans le cadre de ses différents mandats et fonctions, il s'imagine que les professeurs d'école maternelle jouent un rôle de puéricultrices !

M. Jacques Mahéas. Vous avez parlé d'auxiliaires de puériculture !

M. Xavier Darcos, ministre. Cette manière de déformer mes propos n'a été utilisée qu'à des fins politiques, je le répète ! (Exclamations ironiques sur les travées du groupe socialiste et du groupe CRC-SPG.)

Personne ne doute une seconde qu'un ministre de l'éducation nationale soit attaché au cycle premier, à l'école maternelle, qui accueille sans restriction tous les enfants de France pour leur offrir les enseignements dont ils ont besoin ! (Applaudissements sur les travées de l'UMP et de l'Union centriste.) Aucune menace d'aucune sorte ne pèse sur l'école maternelle ! Cela est si vrai que j'ai signé tout à l'heure avec l'Association générale des enseignants des écoles et classes maternelles, l'AGEEM, une déclaration commune sur les moyens de sauvegarder l'école maternelle.

M. Jacques Mahéas. Il faut aussi recevoir les syndicats !

M. Xavier Darcos, ministre. Ainsi, nous sommes convenus de la mise en place d'un meilleur pilotage pédagogique à partir de pôles départementalisés, ce qui permettra de veiller partout au bon fonctionnement de l'école maternelle et d'assurer l'accès de tous les enfants à ce service.

En outre, un plan national de formation sera mis en place au profit des professeurs d'école maternelle. Il s'adressera tant à ceux qui entrent dans la carrière qu'à ceux qui veulent continuer à se former, par exemple dans le domaine du langage ou des jeux.

Par ailleurs, des documents pédagogiques accompagneront l'ensemble de ce projet que nous élaborons en partenariat avec l'Association générale des enseignants des écoles et classes maternelles.

Enfin, nous éditerons et diffuserons largement un guide destiné aux parents, qui a été réalisé en grande partie par l'AGEEM.

M. Jacques Mahéas. Et les enfants de deux à trois ans, qu'en faites-vous ? Vous n'en voulez pas dans les écoles !

M. René-Pierre Signé. Et les jardins d'éveil ?

M. Xavier Darcos, ministre. Pourquoi n'est-il pas possible, dans ce pays, de parler sereinement des questions scolaires ? Comment peut-on en venir à insulter à la raison en faisant croire qu'un ministre a dit le contraire de ce qu'il a déclaré en réalité, alors que notre mission est de préparer l'avenir des enfants de France ?

M. Jacques Gautier. Exactement !

Mme Marie-France Beaufils. Et les suppressions de postes ?

M. Xavier Darcos, ministre. Je déplore ces méthodes. Les représentants de l'AGEEM, que j'ai reçus tout à l'heure, ont rédigé une motion en faveur de l'école maternelle : j'y ai apposé ma signature, à la suite de beaucoup d'autres ! (Très bien ! et applaudissements sur les travées de l'UMP et de l'Union centriste.)