Allez au contenu, Allez à la navigation

Revalorisation des retraites, du minimum vieillesse et relèvement du taux des pensions de réversion

13e législature

Question écrite n° 06496 de Mme Jacqueline Alquier (Tarn - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 04/12/2008 - page 2415

Mme Jacqueline Alquier attire l'attention de M. le ministre du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité sur la nécessité d'une revalorisation significative et rapide des pensions de retraite et du minimum vieillesse en particulier, ainsi que du relèvement du taux des pensions de réversion.

Aujourd'hui près de 900 000 retraités vivent sous le seuil de pauvreté. On observe une baisse du montant des pensions de retraite de 6% depuis la réforme de 1993 et on estime à 10 % sur 10 ans la perte du pouvoir d'achat des retraités. Les organisations syndicales de retraités observent, fort justement, que le Gouvernement est capable de trouver des fonds quand il estime que la situation économique l'exige et qu'il sait faire des choix quant à ses priorités. Alors elles revendiquent comme une priorité nationale des conditions de vie dignes pour tous, les retraites n'étant pas un revenu d'assistance mais un droit acquis par des années de travail et de cotisations. L'augmentation du pouvoir d'achat de cette catégorie sociale, importante et appelée à s'accroître, participera d'ailleurs à une relance de l'économie.

Elle lui demande donc comment il compte prendre en compte ces demandes légitimes et si le mouvement de manifestation du 16 octobre 2008 lui a fait prendre conscience du mécontentement de nos aînés qui doivent se sentir pleinement intégrés dans la société et non en situation de précarité et d'exclusion.



Réponse du Ministère du travail, des relations sociales, de la famille, de la solidarité et de la ville

publiée dans le JO Sénat du 16/04/2009 - page 969

La loi de financement de la sécurité sociale qui a été publiée le 18 décembre 2008, met en oeuvre un effort important pour revaloriser les pensions de réversion des retraités les plus modestes. Elle fait suite à l'engagement pris par le Président de la République lors de la campagne électorale et rappelé dans son allocution prononcée à l'occasion du quarantième anniversaire de l'Association des journalistes de l'information sociale (AJIS), le 18 septembre 2007. Le Gouvernement a ainsi souhaité apporter une réponse rapide aux veuves et veufs « qui se trouvent dans une situation sociale catastrophique », comme le Président de la République l'avait alors indiqué. L'augmentation du taux de la réversion qui a été mise en oeuvre par cette loi et qui prendra la forme d'une majoration de pension bénéficiera à l'ensemble des conjoints survivants âgés de plus de 65 ans et dont la retraite totale n'excède pas 800 euros. Le Gouvernement a souhaité qu'elle bénéficie à l'ensemble de ce public, soit plus de 600 000 personnes, et non aux seules pensions de réversion liquidées après sa mise en oeuvre. Le Gouvernement a également souhaité mettre en oeuvre cette revalorisation en une seule fois dès le 1er janvier 2010, alors qu'il était initialement envisagé de procéder graduellement d'ici à 2012. Le délai d'un an pour la mise en oeuvre de cette mesure est en revanche apparu nécessaire afin de mettre en place les dispositifs informatiques permettant l'échange d'informations entre caisses de retraite. La mesure sera donc mise en oeuvre automatiquement sans que les intéressés aient à en solliciter le bénéfice. Enfin, concernant le rétablissement d'un âge minimum pour les pensions de réversion, la concertation qui a été engagée par le Gouvernement a, sur ce point, confirmé les conclusions de plusieurs rapports, notamment celui de 2007 rédigé par les sénateurs Dominique Leclerc et Claude Domeizel, selon lesquels la réversion ne constitue pas nécessairement une solution adaptée à la prise en charge des situations de veuvage précoce. En effet, elle risque de pénaliser les veuves dont le conjoint décédé n'a pu, en raison du caractère précoce du décès, acquérir que des droits très réduits à l'assurance vieillesse. L'assurance veuvage constitue, de ce point de vue, une solution plus adaptée. L'âge minimum pour la réversion qui a été retenu, fixé à 55 ans, l'a été en cohérence avec le régime de retraite complémentaire de l'Association des régimes de retraite complémentaire (ARRCO). Cela permet une meilleure lisibilité des règles applicables aux assurés. Il faut par ailleurs insister sur le fait qu'aucune situation individuelle n'est remise en cause du fait du rétablissement de cet âge. En particulier, les personnes veuves âgées de moins de 55 ans au 31 décembre 2008 et qui percevaient à cette date la pension de réversion voient leurs droits maintenus ; les personnes veuves qui ne respectaient pas la condition d'âge applicable avant le 31 décembre 2008 (soit 51 ou 52 ans) demeurent soumises à cette même condition. Elles percevront la pension de réversion lorsqu'elles atteindront cet âge et non celui de 55 ans. En conséquence du rétablissement de cet âge minimum, l'assurance veuvage a également été rétablie et prolongée en vue de prendre en charge les situations de veuvage précoce. Sur la base du rapport du Conseil d'orientation des retraites (COR) publié le 17 décembre 2008, le Gouvernement est disposé à engager une réflexion sur l'évolution des avantages familiaux et conjugaux de retraite. Certes, la situation financière actuelle de la branche vieillesse ne permet pas de satisfaire l'ensemble des demandes et propositions. Toutefois, il reste possible d'améliorer sur certains points la situation des veufs et des veuves, c'est pourquoi l'ensemble des parties prenantes sera associé aux réflexions du Gouvernement sur ce sujet.