Allez au contenu, Allez à la navigation

Rémunération des professeurs documentalistes

13e législature

Question écrite n° 06586 de M. Yves Détraigne (Marne - UC)

publiée dans le JO Sénat du 11/12/2008 - page 2472

M. Yves Détraigne attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale sur la situation des professeurs documentalistes.

En effet, il semblerait que seule cette catégorie d'enseignants ne bénéficie pas du régime des heures supplémentaires alors qu'ils sont recrutés par la voie du certificat d'aptitude au professorat de l'enseignement du second degré (CAPES) et que la gestion de leur carrière est la même que celle des certifiés des autres disciplines.

De même, lorsqu'ils sont associés à un projet pédagogique, à l'occasion de l'accompagnement scolaire ou lors d'une intervention dans le cadre de la formation continue du personnel enseignant, les professeurs documentalistes sont généralement rémunérés à des taux très inférieurs à ceux des autres certifiés malgré les engagements pris par le ministère de l'éducation nationale, en septembre dernier, de "porter dès la rentrée la rémunération des certifiés de documentation à hauteur de l'heure supplémentaire effective d'enseignement".

Aussi, il lui demande de bien vouloir lui indiquer de quelle manière il entend répondre aux préoccupations des professeurs documentalistes qui souhaitent légitimement bénéficier des mêmes conditions de rétribution pour le travail réalisé dans le cadre de leurs activités de professeur certifié.



Réponse du Ministère de l'éducation nationale

publiée dans le JO Sénat du 31/12/2009 - page 3069

Les professeurs exerçant des fonctions de documentation et d'information appartiennent aux différents corps de personnels enseignants du second degré. Ils bénéficient à ce titre d'une grille indiciaire de rémunérations et de possibilités de promotion de corps et/ou d'avancement de grade identiques à celles des autres personnels enseignants. Le ministère de l'éducation nationale a adapté les obligations de service et le régime indemnitaire de ces enseignants en raison de l'importance et de la particularité des missions qu'ils exercent au sein de la communauté éducative. Ainsi, le décret n° 80-28 du 10 janvier 1980 relatif à l'exercice de fonctions de documentation et d'information par certains personnels relevant du ministère de l'éducation nationale prévoit que ces enseignants exercent principalement, à raison de 36 heures par semaine, des fonctions de documentation ou d'information dans le centre de documentation et d'information de l'établissement. Ils bénéficient, à ce titre, d'une indemnité de sujétions particulières, régie par le décret n° 91-467 du 14 mai 1991. En revanche, les personnels enseignants exerçant des fonctions de documentation ne peuvent pas bénéficier du versement des heures supplémentaires d'enseignement instituées par le décret n° 50-1253 du 6 octobre 1950. En effet, ces heures supplémentaires sont réservées aux personnels enseignants dont les obligations de service sont définies par les décrets n° 50-581, 50-582 et 50-583 du 25 mai 1950, ce qui n'est pas le cas des professeurs de documentation. Toutefois, les professeurs de documentation peuvent bénéficier de l'indemnité pour activités périéducatives, instituée par le décret n° 90-807 du 11 septembre 1990 : cette prime est attribuée aux personnels enseignants et d'éducation pour l'accueil et l'encadrement des élèves en dehors des heures de cours pour des activités « ayant un caractère sportif, artistique, scientifique ou technique ou qui contribuent à la mise en oeuvre des politiques interministérielles à caractère social ». Lorsqu'ils participent à l'accompagnement éducatif, les personnels enseignants exerçant des fonctions de documentation sont rémunérés par des vacations régies par le décret n° 96-80 du 30 janvier 1996 dont le taux horaire a été porté à 30 euros par l'arrêté du 21 janvier 2009 (contre 15,99 euros précédemment) afin de favoriser et de reconnaître leur investissement dans ce dispositif.