Allez au contenu, Allez à la navigation

Situation des entreprises d'insertion

13e législature

Question écrite n° 06680 de Mme Patricia Schillinger (Haut-Rhin - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 18/12/2008 - page 2522

Mme Patricia Schillinger attire l'attention de Mme la ministre de l'économie, de l'industrie et de l'emploi sur la situation des entreprises d'insertion. La réforme des modalités de conventionnement des structures par insertion économique, votée dans le cadre de la loi généralisant le revenu de solidarité active, impose aux entreprises d'insertion une procédure administrative complexe et lourde. En effet, la circulaire de la délégation générale à l'emploi et à la formation professionnelle (DGEFP) sur les nouvelles modalités de conventionnement et les indicateurs de performance de l'insertion par l'activité économique (IAE) ne répond pas aux exigences « d'une modernisation de l'insertion par l'activité économique appuyée sur un outillage simple pour les structures » prévues dans le cadre de la réforme. Les dossiers et justifications à remplir par une entreprise d'insertion – entre la demande de conventionnement, le suivi des salariés, les conventions – constituent une charge de travail administratif totalement inadaptée à la réalité d'une PME. Ainsi, ces entreprises se trouvent aujourd'hui face à une administration lourde, compliquée et inopérante. En conséquence, elle lui demande de bien vouloir lui indiquer si le Gouvernement entend prendre des mesures pour simplifier les démarches administratives pour les entreprises d'insertion.



Réponse du Ministère de l'économie, de l'industrie et de l'emploi

publiée dans le JO Sénat du 12/03/2009 - page 636

Les nouvelles modalités de conventionnement des structures d'insertion par l'activité économique ont fait l'objet de discussions dans le cadre de travaux nationaux engagés en mai 2007 avec tous les acteurs concernés (associations intermédiaires, chantiers d'insertion, entreprises d'insertion, entreprises de travail temporaire d'insertion) ayant abouti, après dix-huit mois de travaux, à la circulaire DGEFP n° 2008-21 du 10 décembre 2008. Sept séminaires interrégionaux, tenus entre septembre et novembre 2008, auxquels ont participé plus de 1 200 acteurs du secteur, ont permis d'en partager les termes. Ces modalités, reconnues comme nécessaires par l'ensemble des acteurs, en particulier pour attester de la performance des structures de l'insertion par l'activité économique en matière de retour à l'emploi des publics qui en sont le plus éloignés, sont destinées à permettre un conventionnement de ces structures sur la base d'un partenariat intégrant la négociation d'objectifs emploi contextualisés au regard des spécificités du territoire et de leur public. Le bureau du Conseil national de l'insertion par l'activité économique (CNIAE) est chargé d'assurer le suivi du plan de modernisation de l'insertion par l'activité économique. Cette instance, dans laquelle figurent des représentants des entreprises d'insertion, reste à même de formuler toute proposition d'amélioration et d'adaptation des outils conventionnels et d'en suivre la mise en oeuvre. Les adaptations de la procédure de conventionnement, qui pourront ainsi éventuellement intervenir à partir de propositions de simplification faites par les acteurs du secteur de l'insertion par l'activité économique, devront toutefois prendre en compte : d'une part, les contraintes du droit européen qui imposent d'apprécier le plus objectivement possible le rapport entre les aides de l'État et les sujétions d'un mandat public, sous peine de porter atteinte aux règles de la concurrence ; d'autre part, les exigences de performance des politiques publiques. Loin de méconnaître la nature économique des entreprises d'insertion, le Gouvernement s'attache à agir sur les conditions de leur développement, à la fois en intervenant en lien avec d'autres partenaires comme la Caisse des dépôts et consignations sur leurs fonds propres, comme en recherchant par le développement des clauses d'insertion dans les marchés publics de nouvelles opportunités pour celles-ci. Le ministère de l'économie, de l'industrie et de l'emploi devrait prochainement conclure un accord avec le comité national des entreprises d'insertion et le MEDEF pour, notamment, poursuivre ces actions.